Marseille : C’est toujours l’été !

Coucher de soleil sur les îles du Frioul MarseilleQuand on a la chance d’habiter Marseille il est impossible de rater un weekend. Mais il en est de plus parfaits que d’autres. Cela tient parfois à des riens, à l’impalpable : La compagnie, le temps qu’il fait,  les rencontres, une atmosphère, une euphorie latente… Parvenus au milieu de la semaine il est bon d’évoquer le weekend passé pour mieux préparer le prochain ! Alors que le cancer de l’automne a déjà gagné une partie du territoire nous jouissons en Provence d’une arrière saison longue et douce. Mais le bronzage pâlit si l’on n’y prend garde aussi fut-il décidé d’aller se griller un peu l’épiderme. Mais pas n’importe où ! Bronzer, oui, mais à thème !

Carte de la baie de Marseille carte ancienneJ’avais prévu un raid au delà des « montagnes infranchissables », comme encore mentionné sur les cartes du 17eme siècle. Sur la face ouest de la grande baie de Marseille vers Carry le Rouet, Martigues, et Carro où se trouvent des carrières romaines de pierre rose, déjà citées par Strabon, et aujourd’hui à demi immergées. Et oui, le niveau de la Méditerranée n’a pas attendu l’ère industrielle pour monter…

Après une étape gastronomique en forme de pavé de biche poêlé au foie gras servi avec une fricassée de « lactaires délicieux » sauvages, il était temps de sélectionner une retraite côtière pour une sieste ultraviolette. Estivants partis, c’est le désert mais pas question de sable vulgaire. J’ai soif de roche mère… Entre Carro et Martigues je sélectionne les banquettes de roches horizontales, étagées  sur l’eau bleue, face à l’infini. Des reflets roses et  des fossiles abondants : C’est que nous sommes couchés sur du grès calcaire molassique Burdigalien datant du Miocène alors qu’en face, le calcaire blanc des calanques est de l’Urgonien. Vous me suivez ? Un bain de soleil sur un banc d’huitres fossiles, c’est quand même plus classe ! Voyage dans le temps sans autre bruit que celui du ressac… Beau soleil, légère brise climatisée mais avec la réverbération, la chaleur est telle que  même les strings les mieux sécurisés s’envolent.

Envie de plonger !

Sur le tard, de retour vers la cité Phocéenne, une brusque envie de bleu nous saisit. L’occasion d’une petite plongée à Sausset les pins pour jouer en apnée avec les loups juvéniles, les sars et les saupes dorées qui s’éparpillent par centaines dans les bulles du ressac. Les parasols des acétabulaires étaient encore déployés : C’est toujours l’été vous dis-je…

Marseille, sur la route de la corniche… Le soleil va se coucher. A la hauteur de la plage du Prophète, je m’arrête.  Quelques brumes sur les îles du Frioul, noirs vaisseaux immobiles. Mais il y a dans l’air encore chaud un je ne sais quoi d’impressionniste, une « Impression du soleil levant » de Claude Monet… Je ne suis pas un adepte des « photos de coucher de soleil » appréciés surtout des débutants flattés par les couleurs qu’ils ne savent obtenir autrement mais l’occasion était trop belle. Un sou rose tyrien s’enfonçant lentement dans une mer presque verte : Un petit coup de téléphone et je saisis l’instant. Pour moi. Pour vous…

J’ai cherché à quoi peut bien correspondre ce « prophète » de la plage. Même le dictionnaire d’Adrien Blès reste muet sur son origine. Le nom d’une villa disparue ? Comme la Pomme, la Montre, la Joliette, le Lapin-Blanc qui étaient des auberges locales ? Alors son propriétaire ne pouvait être qu’ armateur qui lui avait donné le nom d’un de ses navires en route pour le Levant… D’autant que Jean Pierre Joncheray, grand connaisseur d’épaves de toutes sortes confirme qu’un navire à vapeur, le Prophète francisé à Marseille, a bien navigué entre Provence et Algérie dans les années 1850 avant de s’abimer au fond des eaux de St Tropez. Qui sait ?

Chateau d'IfPomègues, Ratonneau, If, Tiboulen du Frioul : Ces îles du Frioul couronnées de dauphins et de poissons lune font partie du 7eme arrondissement ! C’est un désert de rocaille et de plantes adaptées ou il pleut moins qu’en ville… C’est aussi un autre voyage dans l’histoire… En 600 avant J.C, Protis, le roi des Ségobriges, au terme d’un long voyage de 2000 kilomètres établit plusieurs colonies grecques en Méditerranée ;  il débarqua aux îles. C’est  le fondateur de Marseille qui s’appelait alors Massalia. C’est ainsi que la plus ancienne ville de France fut fondée au bord de l’eau, au sixième siècle avant J.C. La position stratégique de ces îles occasionna pas mal de castagnes. La flotte romaine établit son mouillage entre les 2 îles du Frioul lors du siège de Marseille par Jules César. L’histoire a gardé trace aussi d’une bataille au Nord de Ratonneau entre les vaisseaux massaliottes commandés par le Grec Parmenon, et la flotte romaine de Brutus qui avait trouvé abri aux Iles.

Au Moyen Âge, l’âpreté des lieux et la peur des pirates ont limité  les implantations humaines permanentes. À partir du xviie siècle, les îles sont affectées aux militaires, à la quarantaine et à l’exploitation des carrières. De François Ier à Henri IV, de Louis XIV à Napoléon III et jusqu’aux troupes allemandes lors de la deuxième guerre mondiale, les constructions de forts et de batteries ont été nombreuses. La plus célèbre est le château d’If, construit par François Ier et mis en abîme par Alexandre Dumas. Souvenez vous : La vengeance d’Edmond Dantès… Les îles comptent quelques plantes et animaux endémiques dont le rhinocéros !

Des histoires marseillaises…

En 1513, un rhinocéros d’Asie est offert au roi du Portugal, Emmanuel le Magnifique, par le roi de Guzarat. Désireux d’offrir à son tour l’animal, le roi du Portugal décide de faire don du rhinocéros au Pape Léon X. La bête part alors de Lisbonne pour aller à Rome et fait une escale à Marseille sur l’île d’If en 1516. Autre curiosité locale, la politique : En juillet 1997, Jean-Claude Mayo, propriétaire du fort de Brégantin sur l’ile Ratonneau, et quelques amis décident de fonder la République libre du Frioul, en forme de galéjade. Le président, nommé à vie, est Egrégore le Virtuel, tandis que Jean-Claude Mayo en devient le ministre convoyeur du verbe. La petite république édite sa propre monnaie, la polymonnaie qui n’a cours légal que dans la république…  Comment ne pas aimer Marseille ?

Mais la nuit tombe et pour bien finir, voici un poème emprunté à Jean Claude Izzo, autre amoureux de Marseille et dit par le chanteur italien Gianmaria Testa… Bonne fin de semaine et… Bon weekend !

Port du FrioulPlage du Prophète à Marseille
ils se sont arrêtés.
D’abord la fille aux yeux gris verts
des mers du Nord
et au sourire mûri sur les berges du Nil
L’ami ensuite
le poète des Hauts Pays
attentif aux murmures des passeurs
sur les sentiers arides des exils
Le plus âgé enfin
homme aux semelles de vent
tantôt Afghan, tantôt Mongol
porté par des mondes d’hier entrevus
 
Plage du Prophète
ils ont porté leurs pas
vers le soleil couchant
Une vague est venue lécher leurs pieds
Bénédiction du Prophète
Prophète anonyme
de ceux qui croient
aux vérités de la beauté.
Plage du Prophète
Du Prophète

Jean Claude Izzo, 7 janvier 2000

Partager ce billet
  , , , , , , , , ,


24 commentaires sur “Marseille : C’est toujours l’été !

  1. Idem à Nice, » l’impression soleil levant » si bien iddentifiée, avec ses couleurs pastelles de rose saumonée et bleu- vert turquoise propre à l’hiver. Une ambiance très bien retranscrite et l’envie de plonger  impérieuse fait sourire.
    Bon weekend à venir 🙂

  2. Quelle belle balade et ballade en cette semaine finissante… de quoi  arriver en douceur au weekend !
    Superbe description de notre bel archipel, dont le nom viendrait du mot provençal « frieu » qui signifie une sorte de passage… Faut dire qu’il en est passé par ces cailloux pelés, qui cachent pourtant d’une multitude d’espèces caractéristiques et endémiques… Citons par exemple les fameux « coussins de belle-mère » tant les piquants de l’Astragale de Marseille sont pointus !
    Et oui, j’ai eu l’occasion d’emmener quelques centaines de touristes lors de quelques dizaines de visites…
    Je connais également le repère de quelques beaux hippocampes mouchetés… il faut juste un bateau  😆
    Dire qu’au pied de Pomègues, Cousteau et son équipe immergeaient les premiers océanautes lors de Pré-Continent…
    🙄

  3. Hé bé, superbe article, ça me rappelle les descriptions de montagne de Maurice Chappaz (un grand alpiniste) et de ma Savoie natale… 🙂
    Au fait, qui sera au Salon de la plongée Tek de Cavalaire le 15/10 ? Francis, si tu y est, j’aimerai bien t’y rencontrer pour quelques dédicaces et autres errages de paluches (voir goûtage de bières si le coeur y est…). 😉
    J’y ai RV avec tout un groupe de plongeurs tek de Savoie, tous potes d’Aldo Ferrucci et consorts… 8)
    A+
    Oliv’ from Energy Trip

    • Maurice Chappaz, grand monsieur… La comparaison me touche beaucoup. Je suis un grand lecteur alors évidemment, Samivel, Frison Roche, entre autres, ont laissé des traces. Je vois qu’un peu de « style » ne vous déplait pas alors je ne vais pas ranger tout de suite ma plume de compétition et poursuivre dans cette voie…

      Je n’ai pas prévu d’être au salon de Cavalaire. Toutefois, si j’y passe je vous rencontrerais avec plaisir.

  4. Francis, connais-tu – connaissez-vous  (je ne sais jamais si on tutoie ou vousvoie sur un blog…) Robert Sans-Terre et son livre « Périls de l’Alpes » ? Un style incroyable, jamais rien lu d’aussi expressif et châtié (ah le passage de la vipère…). 😉
    Je le conseille à tous les amoureux(ses) du style et des sensations livresques…
    A+ et peut-être sur le Salon,
    Oliv’ from Energy Trip  8)

  5. Sans compter que c’est son seul livre ! (dommage d’ailleurs) 😥
    Et toi Francis, as-tu écrit d’autres choses que l’excellent « Scaphandriers du désert » et « La spéléologie… », je n’ai rien trouvé sur internet… ❓
    Oliv’ from Energy trip

    • J’en ai écrit 3 autres, en collaboration avec d’autres auteurs. Les Carnets de l’Aventure, le Grand Livre de l’Aventure, etc, mais ils sont aujourd’hui obsolètes. Par contre, je travaille sur deux trucs qui devraient voir le jour…

  6. Bonjour Francis!
    Merci pour ce partage. Nous avons aussi en BZH le soleil oublié de Juillet. Même si ici les strings ne s’envolent plus ( 😳 ), de bien belles créations de Dame Nature aiment encore à arpenter les bords de mer. Le départ dimanche dernier de la côte de Granit Rose avait aussi quelque chose de magique. Venant en couronnement d’une journée fabuleuse où la mer nous a permis d’aller visiter le sanctuaire qu’est devenu le U767… L’eau à 19°C en surface laissant place à 17°C à -75m… Et oui, à croire que le cadran des saison est décallé… 8)
    Trois jours avant, c’est une magnifique chûte (non pas de reins) de l’astre solaire sur une mer d’huile, lui cédant ses pigments rubis qui a accompagné le retour au port à une allure de vieux vapeur…
    Oui, c’est toujours l’été, même si au détour d’un chemin les châtaignes et quelques cèpes nous font reprendre le cours des choses…
    (pour infos, un reportage sur la plongée sur le U767 doit passer sur TF1 entre ce soir et dimanche soir dans l’un des journaux)
    PS: une petite ambiance Marseillaise pour accompagner cet article Moussu T E Lei Jovents « Camarada » dans l’album « Home Sweet Home »

      • Mais dis moi, as-tu déjà trempé tes palmes dans les sources de Tourve? Lussac, Bouillant, Dormant… J’ai bien vu Olivier Isler dans les archives… Je n’ose croire que tu n’ai point profité de ces majestueuses cathédrales. Demain on tente une pointe au Dormant…

  7. Oui effectivement, j’ai fait un peu de Trimix à la Font de Lussac mais je n’avais rien publié. Bénéficiant d’une eau exceptionnellement claire (après une crue) j’y ai pourtant vu des choses bien intéressantes. Entre autres (de mémoire) des massifs stalagmitiques entre -40 et -60 et une galerie horizontale à -70… Et des puits géants et… Profonds ! Tout le meilleur pour le Dormant ❗

    • Ah oui la galerie à 70 qui rejoint le puits Foukard… A -21 tu as aussi une couche de fossiles de 10-15 cm… Nous avons tapé 121 dans le puits Touloumdjian mi-septembre. Il y a aussi un aval qui semble rejoindre le Bouillant. Dans ce dernier Olivier Isler y a fait -148 en 1990 et Jérôme Meynier -152 en 2007. C’est ce terminus que nous essayerons de pousser demain (je rédige un article sur le blog avec les dernières infos…).
      A bientôt donc pour raconter tout ça… 8)

        • Oui mais enfin si des mecs comme toi vous n’étiez pas passé par là, je pense pas que nous en serions là. Toi et tes collègues vous avez envoyé du gros quand même. Nous c’est facile maintenant, on n’a plus qu’à suivre les pas et dérouler quelques mètres de fil c’est tout. Et puis avec le eCCR c’est quand même plus simple.
          Bon tous ça nous éloigne de Marseille, mais en même temps j’aimerai bien y refaire un tour. Quelques apnées au Frioul ou à Cassis sont pour moi de très très bons souvenirs…
          Heureux homme va! 😉

  8. Je viens de voir votre reportage sur le sous-marin au 20h de TF1. Joli coup ! Bravo. C’est bien de pouvoir montrer au public autre chose que les catastrophes naturelles, les matchs de foot, les « petites phrases » des politiques ou les états d’âme des starlettes du moment. Encore faut-il y arriver ! Je sais de quoi je parle…

    Mais je ne savais pas que tu étais avec l’incontournable Jean Louis Maurette (j’ai préfacé son livre). Parles lui de la « bétonneuse » : Jamais pu la caser dans Plongeurs International. Une épave de bétonneuse, franchement. Vous trouvez çà sexy ? 😆

    • Ah oui un bien beau reportage. Et puis bonjour la vitrine, le 20h du dimanche… C’est clair que ça fait du bien.
      Alors Jean Louis, oui incontournable. Il nous arrive de croiser les palmes de temps à autres, échanges de bons procédés. Sinon, il ne t’as pas parlé du tractopelle??? Là c’est encore plus fort non? Pour infos, là il est sur un autre bouquin en préparation…
      http://barbuzard.over-blog.com/article-36964497.html

  9. Bjr Francis !!! encore une belle histoire !!! Marseille ses environs et ses lieux magiques … photo extra .. oui il y a bien un  peintre passé par là , suis toujours émerveillé à ta lecture qui donne si bien un sens , mais permet d’y être .. à fond aussi en fermant les yeux, ou de sentir les odeurs .. rêve accessible aux communs des mortels ..
    Bon week end bises
    PS: la santé est bien revenu au top j’espère

    • Bonjour Marine, content de de voir ici ! Oui, la pneumonie n’est plus qu’un mauvais souvenir… Je suis issu d’une famille de peintres, ceci explique peut-être cela. A propos, ce format de tableau s’appelle un « marine » 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *