Mexique – Dans les puits sacrés mayas

DANS LES PUITS SACRES MAYAS

PLAYA DEL CARMEN – MEXIQUE – FEVRIER 2003

Plongée de repérage en dérive à Playa Del Carmen avec Henri Pérez. René nous suit avec la caméra, remorquant un assistant lumière assez peu expérimenté. Il nous raconte l’incident bénin dont nous pouvons tous être victimes un jour :

Embout de souffle

« Francis descend dans le bleu, happé par le courant violent, et parvenu à une profondeur suffisante, se glisse sous un  surplomb très bas de plafond. Sous la faille il commence à chercher avec son phare un sujet possible, et je le shoote en plan serré sur le visage quand tout d’un coup son embout de détendeur se décroche du 1er étage qui tombe ! Et voilà Francis avec en bouche l’embout de silicone nu, en prise directe avec la mer des Caraïbes, à 50 mètres de fond, un peu surpris tout de même ! Mon premier geste est de lui tendre mon détendeur de secours, mais il m’a déjà fait signe de continuer à tourner… Les secondes passent… Dans le viseur, je le vois récupérer lentement le détendeur partit se cacher dans le dos, et le mettre en bouche directement sur le métal. Il restaure l’étanchéité avec ses lèvres, façon mérou, calmement, bien placé dans l’éclairage… J’ai compris : il joue la scène ! Après avoir repris une inspiration (après un temps d’apnée qui m’a paru interminable), il recrée l’incident dans l’autre axe, pour que j’ai tous les raccords au montage, et «parle» à la caméra par gestes, dans un de ses plateaux sous-marin improvisés dont il est coutumier (son commentaire ultérieur expliquera au téléspectateur ce qui se passe, ce qu’il faut faire et ne pas faire en pareille situation). Encore un « conseil technique » dans la boîte ! Avec 5 jours de tournages pour un 26’ sous-marin, il faut savoir faire feu de tout bois… Toutefois, à mon tour de donner un conseil : faites ce qu’il vous dit, mais ne faites jamais ce qu’il fait…»

Dans l’eau sacrée des mayas

La péninsule du Yucatan est truffée de regards sur l’eau souterraine qu’on appelle de cénotes. En quelques années, cette activité réservée aux explorateurs-spéléonautes est devenue un business florissant. Il faut dire que les conditions sont idéales : eaux chaudes, galeries noyées peu profondes, et grand spectacle ! Car l’eau est cristalline, et ces grottes renoyées après leur formation par la fonte des glaciers, contiennent des architectures stalagmitiques de tout beauté. De nombreux guides formés spécialement et compétents peuvent ainsi vous offrir votre baptême tellurique. Sauf que désormais, il faut payer… Nous parvenons à boucler la séquence subaquatique dans l’un d’entre eux en une seule plongée, à l’occasion de laquelle je repère un gros poisson cavernicole, qui n’avait jamais été observé dans cette grotte…

La côte du dollar

Etant explorateur dans l’âme et forcément un peu anarchiste, j’ai peine à constater ce qu’est devenue cette côte Est du Yucatan où il n’existait qu’une route et quelques haciendas. Dix ans auparavant, il n’y avait même pas de route du tout et l’explorateur Michel Peissel l’avait parcourue à pied, en s’en faisant une aventure. On y vivait pour rien et le temps filait en paix. Aujourd’hui, on ne compte plus les complexes balnéaires, de plus ou moins bon goût, les hôtels de luxe et les centres de plongée. Effet pervers de la plongée-loisir ? Sans doute. Mais il ne sert à rien de mener des combats d’arrière garde dans sa tour d’ivoire. Il faut sortir la tête du sable : l’activité ne fera que croître. Mais tous ces plongeurs à la mer sont autant de témoins de ce qui s’y passe. Autant de voix qui pourront s’élever un jour contre telle ou telle aberration immobilière menaçant nos jardins d’émerveillement. Mais de grâce, qu’on libère tous ces dauphins captifs des piscines où ils n’ont rien d’autre à faire qu’éclabousser d’obèses américaines piaillantes !

Les aigles de Cozumel

Embarcadère de Playa sur un bac pittoresque : les bagages sont jetés depuis le quai à des manœuvres mexicains sur le bateau qui, fait extraordinaire, les rattrapent ! Ils s’accommoderont même des enclumes à roulettes de René… Une courte traversée et nous voilà à Cozumel, temple de la plongée de masse, surtout américaine. Nous retrouvons Corinne Lambert, la seule femme diplômée Trimix de la région pour filmer les plus beaux sites de l’île. Sur Palancar, je vois ainsi arriver au loin une raie aigle dans un canyon. Un regard à René : nous manœuvrons chacun de notre côte pour la prendre en tenaille. A flanc de canyon, je me camoufle derrière une avancée de corail et surveille la raie qui arrive sur moi dans l’axe comme un avion gros porteur. Car elle est grosse, très grosse… René vient d’arriver en haut du surplomb et quand la raie n’est plus qu’à 3m de moi, je me découvre. Elle me vois, fait un virage sur l’aile, en plein dans le cadre de la caméra ! Des plans comme on les aime… Nous battrons ce jour là notre record d’autonomie. Je consomme très peu, mais René beaucoup plus à cause du poids de la caméra et surtout parce que lorsqu’on filme, on ne peut économiser l’air qui sert aussi à se stabiliser. Mais qu’importe, entre les séquences, il fait le rémora et respire sur mon bloc ! Avec un point bas a -25m, nous resterons tout de même plus de deux heures en plongée, avec 2 blocs alu de 12 litres…

QUAND J’Y RETOURNERAI…
Pionnier de l’exploration des cénotes de la région, j’irais peut-être filmer quelques unes de mes découvertes passées, couleur de jade et de stèles gravées, magnifiquement conservées dans l’eau de Chac, le dieu de la pluie des mayas.

ENCADRE : QUAND VOUS IREZ
Les centres
Phocea Caribe – Playa del Carmen – (NF)
Henri Perez. Tel. +52 984 873 10 24
http://www.playadelcarmen.com/diving/PhoceaCaribe/fran.htm
Des plongée bon enfant, sur la deuxième plus grande barrière de corail du monde après celle d’Australie…

Extremo Latino – Playa del Carmen
Patricio Durante
http://www.extremolatino.com/
Un bon spécialiste (argentin) de la plongée en cénote.

Blue Note – Cozumel (NF)
http://www.bluenote.com.mx/
Centre anciennement tenu par la pittoresque Corinne Lambert. On y pratique aussi la plongée Tek.

Les 3 plongées à ne pas manquer…
Perez’s reef
Quantité de tortues, d’éponges-baril énormes, de taille humaine dans un très fort courant. Eau transparente.

Dos Ojos ou Temple of Doom – Playa del Carmen (Accès par la route)
Des cénotes absolument magnifiques peuplées de forêt de stalactites fines et immaculées, où nagent des poissons aveugles.

Palancar Reef – Cozumel
Le royaume des requins nourrices, des éponges de toutes les couleurs, et quantité de grottes a surprises. Parfois beaucoup de courant.

Après la plongée…
Yucatan : Sur le port, de petites échoppes où pour quelques pesos, vous achèterez des fruits pelés, prêts à consommer dans leur verre. Champion du monde du mauvais goût et de l’irrespect : le parc d’attraction d’Xcaret, construit sur le cénote du même nom, où avec Sheck Exley le grand plongeur américain, j’avais fait de belles découvertes, entièrement détruit au passage pour ajouter des waters slides et autres parcours d’eau encombrés de dauphins en captivité… A voir, pour que cela ne se reproduise jamais ailleurs ! Plus passionnant, la pyramide de Coba, ou la cité maya de Tulum. La réserve de Sian Kaan permet aussi de naviguer dans les authentiques canaux mayas, à la recherche des alligators.
Cozumel : sur le front de mer, tous les restaurant et boîtes à la mode ou se retrouvent les plongeurs, vers l’intérieur, les bars plus « intimistes » parfois peuplés de créatures promptes à l’effeuillage…