Saint Eustache – Le trésor de la roche dorée

UN REVE POUR SCOTTY et LE TRESOR DE LA ROCHE DOREE ?STATIA – FEVRIER 2000
Un fond de sable strié de cendres… La main de Ronald s’agite, époussette, et une pièce en bronze surgit de ses doigts. Ailleurs, une bouteille de verre bleu. Au détour d’une ancre ancienne, une curieuse perle, les fameuses perles bleues des esclaves dont Ronald me contera l’histoire. Ces esclaves gagnaient fort peu d’argent, payés avec des perles de verre venues des Indes. Ils devaient en accumuler une certaine quantité pour pouvoir les passer au cou de leur belle et ainsi les marier…
Aujourd’hui, nous tournons une séquence clé avec un scientifique qui étudie le corail. Arpenteur sous marin avec ses cadres et ses mètres, il inventorie chaque espèce et leur développement. A Paris, consternation : la cassette a été « perdue » ! Plus de chance avec les éponges. En dévalisant la pharmacie et les épiceries locales (à visiter !) je fabrique une espèce de seringue à colorant inoffensif avec laquelle je pique une éponge tubulaire à sa base. Et presque immédiatement, un panache de fumée violette sort au sommet de la cheminée couleur soufre, démontrant l’incroyable efficacité filtrante de l’animal. La mer des Caraïbes devient pour un temps la Mer Rouge…
Un volcan avec de l’eau autour…
Toute la difficulté de l’écriture de cette série consiste à raconter une histoire qui se passe sous l’eau certes, mais aussi pour moitié hors de l’eau. C’est avant tout un voyage. Ceci conduit à des choix parfois draconiens quand il s’agit d’éliminer telle où telle île formidable pour la plongée, mais que raconter, en dehors du sable blanc planté de cocotiers avec sa verrue hôtelière en plein centre ? D’autre fois, le choix est encore plus cornélien : tout est parfait, sauf que nous avons déjà tourné un programme similaire ailleurs. Quelque fois, c’est sous l’eau que le bât blesse. A Statia, il nous fallait deux films alors qu’une fois sur place, il apparut qu’un seul eu été parfait. Nous devons improviser un autre scénario « à la volée ».
Une séquence à vomir
Prenant pratiquement d’assaut un magnifique ketch aperçu au large, nous rajoutons des séquences pour « Le trésor de la roche dorée ». Le bateau roule comme du temps de la Compagnie des Indes Orientales, si bien qu’entre chaque plateau, je dois me détourner par-dessus bord pour vomir la prise précédente. Le tout devant la caméra, encadrée des habituels caméscopes poissons-pilotes des touristes… La classe !
Croisant un sympathique rasta dans un salon de coiffure, il fut embauché de suite pour découvrir la plongée devant vous. C’est devenu  « Un rêve pour Scotty » un film très émouvant et qui reçut les faveurs du public.

QUAND J’Y RETOURNERAI…
J’irais à la pêche au crabe à 1000 mètres d’altitude, dans la jungle du cratère The Quill. Nous irons à la découverte de tous ces galions enfouis à quelques centimètres sous le sable volcanique. J’irais chercher ces perles bleues des esclaves, monnaie de songes dont chaque plongeur ici connaît un gisement… Et dans les flancs du volcan, ramper dans ces grottes qu’on repère depuis la mer, pour rêver au trésor des pirates…

ENCADRE : QUAND VOUS IREZ
Le centre
Scubaqua – Ronald Metraux – Ultramarina
http://www.scubaqua.com/
[email protected]
011 599 3 82160/82345

Les 3 plongées à ne pas manquer…
Barracuda reef
Un vrai nid de tortues vertes de grande taille, site idéal pour la plongée de nuit. On y croise aussi requins nourrice, et bancs de grands barracudas. Egalement Rock the Wall, plongée profonde (28 à 50m) très riche dans une transparence magnifique.

Gibraltar
Site totalement différent des autres plongées caraïbes : une impression de bout du monde. Ressac et courants au rendez vous…

Stenapa reef
Une barge coulée qui sert aujourd’hui de refuge à des dizaines de grandes raies pastenagues. Non loin de là gît sur sa quille une « épave-école » bien concrétionnée.

Après la plongée…
Une visite au musée historique s’impose, pour voir sous verre tout ce qui a déjà été découvert sous la mer, et surtout ces vieux livres hollandais d’où les envies de plongées d’exploration s’évaporent de chaque page… La montée au cratère qui peut se faire en 2h et demie. Les cafés typiques pour jouer au domino et boire du rhum qui n’a pas le temps d’être vieux. Les quelques boîtes très connues pour « la danse de Saint-Eustache » que je vous laisse découvrir, à partir de 2 heures du matin…