On ne nous dit rien ! Voilà des mois que le CERN aurait dû trouver le boson de Higgs. La « particule de Dieu » qu’on cherche depuis 40 ans… En gros la particule manquante, prévue par la théorie mais toujours invisible, qui permettrait à toutes les autres d’avoir une masse. Une découverte fondamentale qui, si elle ne se produisait pas, conduirait à revoir la physique moderne. En juillet dernier, une fuite au CERN laissait entendre que l’insaisissable boson aurait bel et bien été détecté ! Mais il faut attendre l’interprétation de tous les résultats, les vérifications, la confrontation avec le sérail, la publication… Bref, d’ici là, le boson a le temps de se barrer !

A l’heure où l’Europe perd ses euros par tous les trous, il serait temps qu’on annonce l’avènement de la particule de Dieu. Histoire de garder le moral ! Et s’il n’y a rien ? Et bien cela veut dire que vous pouvez jeter vos manuels de physique aux orties. Les cancres vont être réjouis !

Avec l’histoire des neutrinos pris en flagrant délit d’excès de vitesse (au delà de celle de la lumière) ce sont toutes nos connaissances et nos années d’études auxquelles il faudrait renoncer ! Génial non ? Damned, l’univers est encore plus compliqué qu’on ne croyait…

La passoire de Dieu

En privé, vous le savez, je fais dans la fractale… Ce qui tombe bien car cette branche des mathématiques semble prendre une place de plus en plus grande dans l’explication du « grand mystère ». Comme nous l’écrit Mario Cosentino, professeur de mathématique et de Physique :

« Les observations montrent que la naissance des étoiles, ou cocons, sont alignés le long de filaments constituant un immense réseau. En sectionnant à la perpendiculaire, en de nombreux endroits quelques 90 filaments, on constate une valeur constante qui est d’environ de 0,3 année-lumière de diamètre. Cette coupe, à la perpendiculaire, correspondant à cette section de 20 000 unité astronomiques est vérifiée dans n’importe qu’elle région de l’espace étudié. La dimension de cette géométrie de l’espace-temps serait fractale et correspondrait à l’ éponge de Menger-Sierpinski ! Les trous (de même section, ou même diamètre où pourraient passer les filaments), de l’éponge de Menger-Sierpinski pourraient calibrer ce gigantesque réseau ».

Ni une ni deux, j’ai fait immédiatement chauffer Mandelbulb3D. Dans la marmite, j’ai mis des éponges de Menger, bien sûr, mais aussi une pincée de Sierpinsky… Une fois cuit, j’ai obtenu l’image présentée en ouverture : big bang multiple ? Multivers ? Mousse quantique… ?

Sur ce, bosons ! Que votre lundi pète le feu !