Libérons Paul Watson !

Le Capitaine Paul Watson, leader de l’association Sea Shepherd a été arrêté en Allemagne et pourrait être extradé vers le Costa Rica pour des faits qui lui sont reprochés. En effet, il luttait contre le trafic illégal d’ailerons de requins !

Sea Shepherd vient de lancer une alerte : il reste à peine 15h, à l’heure où j’écris ces lignes, pour faire basculer la décision des autorités allemandes. Une seule solution : écrire directement à la personne en charge de l’affaire. Merci de relayer cette information. Ci-dessous, les contacts et un modèle de mail à envoyer. Il faut faire vite !

Action directe !

Please contact: (Pensez à rester corrects et respectueux…)

Sabine Leutheusser-Schnarrenberger
Federal Minister of Justice

Deutscher Bundestag
Platz der Republik
11011 Berlin

Telephone 030 – 227 751 62
Fax 030 – 227 764 02
E-Mail: [email protected]

Federal Ministry of Justice
Mohrenstrasse 37
10117 Berlin, Germany

Telephone: +49 (030) 18 580-0
Telefax: +49 (030) 18 580-9525

 

Exemple de lettre :

Dear Ms Leutheusser-Schnarrenberger,

I was very concerned to hear that Germany has detained Sea Shepherd’s Captain Paul Watson for possible extradition to Costa Rica.  I understand that the warrant for Captain Watson’s arrest is politically motivated and possibly due to an incident in which Sea Shepherd uncovered an illegal shark finning operation.

I support Sea Shepherd’s efforts to monitor and publicise illegal fishing and whaling around the world and recognize that some illegal fishing operations try to use international law to shut down the Sea Shepherd operations.  I urge you to consider the valuable work Captain Watson and Sea Shepherd are undertaking globally to highlight the dangers to our oceans in considering this extradition request.

Sincerely,

Your Name.

 

Partager ce billet
  , , , , , , , , ,


44 commentaires sur “Libérons Paul Watson !

  1. Bonjour
    Je viens d’envoyer le mail donné par Françis LE GUEN car je trouve honteux et scandaleux ce qui arrive à Paul WATSON, un homme que je respecte profondément et que je soutiens car son combat est juste et prioritaire si nous voulons voir encore quelque chose sous la mer dans les années qui viennent – Un plongeur en colère

    • Merci Serge !
      Oui, on ne peut pas ouinouiner sans arrêt sur le sort des pauvres requins, dauphins et autres baleines d’un côté et s’offusquer des méthodes, certes musclées, d’un homme qui a les génitoires de lutter contre les trafiquants de tous poils, de l’autre. A cet égard, le tour que prend la conversation sur plongeur.com où j’ai ouvert un fil ce matin ne me plait pas…
      Je ne connais pas personnellement Watson mais des gens comme Dominique Sérafini, Eric Cheng et beaucoup d’autres le soutiennent. Pour moi, cela vaut diplôme !
      La question urgente en tous cas est cette extradition au Costa Rica qui devrait se décider en ce moment même. Il faut empêcher çà ! Tant mieux si cette pétition y contribue.

    • Merci Laurence.
      Concernant pcom, chacun donne son avis, c’est le jeu. Mais effectivement, il y a des sujets plus « sérieux » que d’autres et je ne sais pas si le fait que Paul Watson soit embastillé au Costa Rica fera avancer la cause de la protection des requins… Et surtout, le coup monté n’est que trop transparent !

  2. J’avais vu un reportage sur la « pêche d’ailerons » de requin, car c’est bien ça, ils ne prennent que l’aileron, les nageoires et la queue et ils rejettent à la mer le « reste » du requin… c’est juste affreux. Je me souviens notamment d’une scène assez choquante dans le film OCÉAN, de Jacques Perrin, sorti en 2009… Que le trafic soit légal ou non, ça s’appelle de la torture !! 🙁

    • Bonjour Adèle !
      Oui. Le pire est qu’il ne s’agit que d’alimenter le marché asiatique pour des soupes… A terme c’est carrément la survie de nombreuses espèces de requins qui est en jeu.
      Et concernant Watson, à l’heure qu’il est il n’est pas tiré d’affaire. Et si il est extradé au Costa Rica, il risque la peine de mort… Une certaine mafia semble régner là bas.

        • Tout de même, si. Des initiatives comme celles de Julie Andersen (campagnes de pub et outils inspirés du marketing pour « dégouter » les asiatiques de la consommation d’ailerons : diminuer la demande pour limiter l’offre) me semblent aller dans le bon sens.
          http://www.sharksavers.org
          Ou alors, des actions « illégales » et musclées comme celles de SeaShepherd… Mais c’est sûr que les cris d’orfraie de certains « écologistes » toujours prompts à prendre la défense (dans les médias) de la veuve et l’orphelin, des ours blancs et de la couche d’ozone, ne sert à rien d’autre que leur donner une bonne conscience dans les cocktails…

  3. Bonjour
    Je suis scandalisé par l’attitude du gouvernement du Costa Rica qui insiste lourdement dans ce dossier- Je pensais que c’était un pays tourné vers la bio diversité et la défense de l’environnement – J’espère que les plongeurs voulant s’y aller vont changer de destination.
    Il n’est pas exclu que des pressions importants ( style compagnies baleinières japonaise – mafias de vente des ailerons) ont du être faites pour en arriver à cette situation
    Il faut espérer que l’Allemagne va enfin se réveiller !!!

    • Oui Serge, je ne comprends pas l’attitude de l’Allemagne dans cette affaire : quelque chose n’est pas clair dans cette histoire. Le Costa Rica est un pays magnifique et c’est toujours difficile de pénaliser le tourisme, et donc le peuple, à cause de certaines mafias locales et de politiques corrompus, mais c’est un moyen de pression, effectivement…

  4. je suis scandalisé que l’on puisse encore de nos jours enfermer un héro et un modèle d’action au profit de l’argent et de la mafia !
    Que chaque pays contestataire des actions d’un protecteur des oceans soit privé des ressources marines !

  5. Si vous habitez Paris, Lyon ou Marseille vous pouvez participer aux rassemblements de protestations Mercredi 23 mai entre 11h et 13 h devant l’ambassade ou le consulat allemand pour demander la libération de Watson au moment ou le President Chinchilla du Costa Rica commencera sa visite officielle en Allemagne. Attitude « respectueuse » toujours demandée.
    Suivi sur http://www.seashepherd.org/news-and-media/2012/05/19/sos-day-save-our-skipper-wednesday-may-23rd-1380
    (site US celui de France n’a pas la même rapidité de mise à jour mais vous pouvez changer de pays en cliquant en haut à droite du site)

  6. Bonjour Francis,

    Merci pour l’information d’Henry : je vais en parler autour de moi,.
    Demeurant au Havre, il y a plusieurs Asso qui s’intéressent au sort de personnalité tel que Paul Watson. Déjà, il y a une petite avancée s’il est libéré sous caution ce jour.
    Et je remettrai une info sur facebook à son sujet.
    Merci à vous et bonne journée.

  7. Bonjour – Ci dessous la lettre adressée par le Sénateur Campbell aux autorités du Costa Rica – A lire jusqu’au bout A bientôt –

    Mardi, 22 Mai 2012 10:24
    Lettre du sénateur Ian Campbell, ancien ministre de l’Environnement d’Australie, au Président et au Ministre de l’environnement du Costa-Rica

    Monsieur le Président,

    Monsieur le Ministre de l’environnement,

    Australian Senator Ian Campbell Speaks at a Sea Shepherd Event C’est pour moi un honneur d’entrer en contact avec chacun de vous de si loin. J’ai été ministre de l’Environnement de l’Australie de 2004 à 2007. Durant cette période, j’ai eu le privilège de travailler en collaboration avec le Costa-Rica sur un certain nombre de problèmes importants pour nos deux nations et pour le monde.

    J’ai été particulièrement heureux que le Costa-Rica et l’Australie fassent front commun lors des réunions de la Commission Baleinière Internationale, pour soutenir la cause de l’abolition de la chasse à la baleine et du massacre des autres cétacés.

    Alors que je travaillais à l’échelle internationale pour soutenir la position du gouvernement australien, nettement hostile à la chasse à la baleine, j’ai noué des liens d’amitié avec deux des plus formidables militants écologistes du monde, Steve Irwin et le Capitaine Paul Watson. Le monde a perdu Steve, qui est mort dans l’océan Pacifique alors qu’il tournait un documentaire sur la faune marine dans le but de promouvoir dans le monde la préservation du milieu marin. On m’a fait l’honneur de me demander de prendre la parole lors de ses obsèques. Je suis resté ami avec sa veuve, Terri, et nous siégeons ensemble au conseil consultatif de Sea Shepherd Conservation Society.

    Le Capitaine Paul Watson reste l’un des plus grands militants écologistes du monde. Non seulement il travaille quotidiennement à sensibiliser le public aux dangers qui menacent nos écosystèmes marins, mais il agit directement pour protéger la faune marine. Paul a nommé notre navire amiral le « Steve Irwin » et il l’envoie fièrement chaque année dans les eaux de l’Antarctique pour perturber la chasse à la baleine des japonais et pour poursuivre l’œuvre de Steve. Je peux affirmer, sans risquer d’être contredit, que Paul, avec Sea Shepherd, l’organisation dont il est le fondateur, a sauvé plus de baleines que n’importe qui d’autre depuis l’instauration du moratoire sur la chasse à la baleine (que la Norvège, l’Islande et le Japon n’ont jamais respecté).

    Ceux d’entre nous qui se soucient des baleines, des dauphins et de notre environnement marin ont été choqués d’apprendre que Paul était incarcéré en Allemagne en raison d’un mandat d’extradition lancé par le Costa-Rica. Je forme le vœu que vous aurez la possibilité d’aider à résoudre cette situation, afin que Paul puisse être libéré et que la procédure d’extradition soit définitivement abandonnée. Je sais que votre gouvernement conduit une politique de fermeté en matière de protection des baleines.

    C’est une politique dont le Costa-Rica peut être fier, et qui est à mettre au crédit du gouvernement que vous dirigez. Je peux vous assurer que le Capitaine Watson, plus que n’importe qui, aidera tous les gouvernements qui soutiennent cette position à atteindre leur objectif. J’ai été fier de soutenir le Capitaine Watson quand j’étais ministre au sein du gouvernement australien. J’espère que vous pourrez maintenant le soutenir à votre tour.

    Bien sincèrement,

    Ian.

    The Hon. Ian G. Campbell, MAICD

    Ministre de l’environnement du gouvernement australien (2004-2007)
    Délégué à la Commission Baleinière Internationale (2005, 2006)
    Délégué à la Commission des Nations-Unies pour le développement durable (1996, 2005, 2006)
    Délégué à la Convention cadre de l’ONU sur le changement climatique (2004, 2005,2006)
    Membre du Conseil consultatif de Sea Shepherd Conservation Society (2008- )

  8. Bonsoir,

    Merci pour le témoignage émouvant de Serge, heureusement qu’il y a encore des hommes comme vous, qui se battent pour des causes aussi importantes que la défense des requins et pour tout autre cétacé dans le monde.

    Je fais tourner votre information et bon courage à vous tous !

  9. Bonsoir – Un article très intéressant à lire mais qui correspond à ce que Paul WATSON dénonce depuis trop longtemps –

    Pénurie de poissons français : arrêtons de vider les océans sans réfléchir de Yves PECCALET

    LE PLUS. Le 21 mai dernier, la France a épuisé son stock de poissons pour l’année. Les pêcheurs sont aujourd’hui en mesure de combler seulement 38% de nos besoins. Pour Yves Paccalet, écologiste convaincu, revient sur les incohérences de nos pratiques de pêche et alerte sur le vide des océans que nous sommes en train de mettre en œuvre.
    « Depuis le fameux épisode biblique du lac de Tibériade, où Jésus remplit par miracle les filets de ses disciples, tous ceux qui vivent de la capture des poissons sont frappés par ce qu’on peut appeler le syndrome de la pêche miraculeuse. Ils oublient que, par définition, les miracles sont rares, et qu’en dehors de l’intervention divine, les lois de l’écologie pèsent sans aucune fantaisie sur les populations animales. »
    Il y a plus d’un quart de siècle que j’ai écrit ces lignes, cosignées par le commandant Cousteau, dans l’Almanach Cousteau de l’environnement (1986). Nous arrivons au bout de la logique de dévastation. L’illusion de la pêche miraculeuse se dissipe, le désastre est avéré : requiem pour l’océan mondial !
    Au moment même où la ressource halieutique s’effondre, nous apprenons que les Français mangent de plus en plus de poisson. Ils pensent (à juste raison) que c’est bon pour la santé : une chair pauvre en lipides saturés (même chez les poissons qualifiés de « gras »), des oméga 3 utiles contre le cholestérol et pléthore de maladies, etc. Les Français ajoutent que le poisson, c’est bon pour les papilles – varié, savoureux, avec (comme disent les biochimistes) de belles qualités organoleptiques.
    La consommation mondiale de poisson ne cesse d’augmenter
    Selon deux ONG (News Economics Foundation et Ocean 2012), les Français piscivores accroissent sans cesse leur consommation. Nous en sommes à 32,4 kilos par habitant et par an, contre 22,1 kilos pour l’Européen moyen. Le problème est que notre pays n’est pas autonome pour son approvisionnement en produits de la mer. Nos pêcheurs ne comblent nos besoins qu’à hauteur de 38%.
    En d’autres termes, ce que nous pêchons en un an, nous l’avons déjà ingurgité le 21 mai. Le reste est à crédit, c’est-à-dire importé de l’étranger. Nous achetons ce que nous ne pêchons pas, au détriment de notre balance commerciale. Mais cette constatation n’est que de peu d’importance au regard d’une réalité bien plus désastreuse : la France et l’ensemble des pays pêcheurs de la planète sont en train de vider l’océan de ses ultimes richesses vivantes.
    De la surexploitation des bancs au déséquilibre écologique
    Une étude de la FAO montre que 75% des grands bancs sont surexploités, et que les 15% restant sont à la limite de la surexploitation

    Les mers sont frappées d’un déséquilibre écologique terrifiant. Les prodigieuses populations de morues de Terre-Neuve et de la Nouvelle-Angleterre ont été épuisées au point qu’on a dû interdire totalement leur pêche depuis plus de vingt ans : mais les effectifs ne remontent pas. Les morues sont atteintes de ce que j’appelle la « mélancolie génésique » : leurs effectifs ont été si réduits qu’elles ne sont tout simplement plus assez nombreuses pour émettre dans l’eau les phéromones qui les incitent à frayer. Elles n’éprouvent plus le désir de perpétuer leur espèce…
    Partout sur le globe, les derniers bancs encore exploitables font l’objet d’un pillage éhonté – parfois de guerres déclarées. Au large du Pérou, les fabuleux « gisements » d’anchovetas (d’anchois) se sont évanouis. En mer Baltique, le taux de mortalité des harengs du à la pêche inquiète. Au large de l’Afrique tropicale, les flottes des pays riches raflent tout ce qui existe, aux dépens des populations locales mauritaniennes, sénégalaises ou angolaises, pour lesquelles les poissons constituaient une source irremplaçable de protéines animales.
    La préoccupante situation des pêcheurs
    Les pêcheurs professionnels sont coincés par leurs crédits bancaires. On n’a cessé de les inciter à se « moderniser » pour travailler. Ils ne parviennent même plus à payer le gazole nécessaire à leurs sorties en mer. Certains tentent leur chance de plus en plus profond, et anéantissent en quelques saisons, à 1.500 ou 2.000 mètres sous la surface, des populations rares de requins abyssaux, de sabres, de grenadiers ou d’empereurs. D’autres vont jusque dans les eaux subantarctiques tirer de l’onde les fameuses légines – elles aussi déjà en danger.
    Dans les années 1980, certains instituts scientifiques (tel l’IFREMER en France) assuraient que l’humanité tirerait bientôt des océans 150 millions de tonnes de poissons par an (du temps des terre-neuvas, les prélèvements ne dépassaient pas 5 à 10 millions). Avec le commandant Cousteau, nous hurlions contre ces propos irresponsables. La réalité nous a, hélas, donné raison : les prises globales annuelles n’ont jamais excédé 90 millions de tonne
    Depuis l’an 2000, malgré d’énormes investissements en matériel (navires de plus en plus puissants et rapides, filets de plus en plus vastes et efficaces, sonars d’une précision incroyable, moyens de localisation des proies par avion ou par satellite…), les rendements sont en chute libre. La vie marine est en état de quasi-collapsu
    La surpêche n’est pas l’unique cause de cet effondrement, mais c’est la plus négative. J’ai souvent discuté du problème avec les marins-pêcheurs, qui exercent un des métiers les plus dangereux du monde. Lorsque ces hommes que j’admire me disent : « l’Europe nous ruine, elle doit nous accorder des quotas de prises plus élevés ! », je leur réponds : « ce n’est pas l’Europe qui fait le poisson, c’est la mer ! »
    La pêche est une activité de simple cueillette, telle que la pratiquaient nos ancêtres de cro-magnon ; mais avec les moyens et les énergies de l’ère industrielle. L’aquaculture pourrait-elle la remplacer ? Oui, dans l’idéal. Non, telle que nous la pratiquons…
    L’aquaculture doit cibler les bonnes espèces
    Nous avons appris à élever certaines espèces océaniques comme les saumons, les turbots, les bars ou les thons. Mais les animaux que nous avons choisis pour nos fermes marines ne sont pas les bons ! Lorsque nos ancêtres du néolithique, voici 10 000 ans, ont voulu domestiquer des bêtes, ils ont sélectionné des herbivores (chèvre, mouton, vache), pas des carnivores (lion, panthère, tigre).

    Nos poissons d’élevage sont des prédateurs analogues au lynx ou au tigre. Le résultat est que nous devons nourrir ces « troupeaux » avec une proportion majeure de farine de poisson, c’est-à-dire de poissons de taille moyenne ou petite, que nous allons capturer dans l’océan (au cours d’un genre de pêche que nous qualifions de « minotière »), et qui manquent à leur tour aux écosystèmes aquatiques…
    Nous nageons dans l’absurde, mais nous serons peut-être les seuls à pouvoir nager dans la mer d’ici 25 ans. Souhaitons, pour conclure, bon appétit aux Français. Conseillons-leur de profiter au mieux des dernières darnes et des derniers filets. Sans oublier, non plus, que tous les grandes espèces halieutiques sont devenues toxiques à cause de l’imprégnation de leurs tissus par les métaux lourds, les dioxines, les PCB et les antibiotiques
    Vous reprendrez bien un petit sushi de thon rouge au bord de l’extinction ? C’est offert par le dernier pêcheur professionnel encore en activité.

    • Yves Paccalet… C’est LA référence. Aussi bien de l’écologie que (et surtout) de l’écriture. Un style, une élégance, une puissance d’évocation que j’ai rarement lu. J’ai eu la chance de lui commander un article une fois, quand je m’occupais du magazine Plongeurs International et le résultat était un enchantement. Il faut lire aussi ses romans ! Le plus controversé et sans doute son meilleur est le grinçant « Les deux mamelles du bonheur » à lire absolument.
      Et puis, il a préfacé aussi le dernier bouquin de Caroline Lepage : les baleines ont-elles le mal de mer ? ». Qui se ressemble s’assemble…
      Tant que je suis en verve littéraire et écologique il faut redécouvrir aussi le « testament » de Cousteau, propos recueillis par une journaliste peu avant sa mort : « La pieuvre et l’orchidée » : tout y était déjà…

  10. Bonjour Francis,

    Yves Paccalet, un homme de terrain, il a préfacé le livre de votre amie Caroline Lepage, j’espère qu’elle fera partie de la relève, il y a un grand besoin dans ce domaine, et Caroline me est une excellente journaliste scientifique.

    Bravo à vous tous et très bonne réussite !

    Bons sentiments

    • Bonjour Catherine,

      Merci pour le compliment ! Faire partie de la relève ? J’en serais ravie, sincèrement 😉 Et j’essayerais bien de me montrer à la hauteur…

      Mais justement, avec ces hommes de terrain, aventuriers à la fois scientifiques et poètes dans l’âme que sont Yves Paccalet… et Francis Le Guen (cela ne vous aura pas échappé :D), la barre est très… très haute ! Et moi, je suis toute petite, trop sans doute : 1,58 m 😆

      Belle journée à vous

  11. Bonjour Caroline,
    Merci pour votre gentil message, vous avez l’avantage d’être à côté de grands professionnels, alors déjà, pensez à la chance que vous avez !
    Et puis vous devez avoir le profil puisque ils vous ont choisie.
    c’est peut être une grande responsabilité qui pèse sur vos épaules mais je trouve que c’est bien que ce soit une femme comme vous : dynamique et très sympathique.
    Alors bonne chance et surtout croyez-y !
    Très bon week end à vous et votre famille

  12. Merci Catherine !!!

    Croyez bien que je mesure la chance qui m’est accordée de travailler aux côtés de ces grands messieurs : oui, j’ai beaucoup de chance 😀 et du coup, aussi, beaucoup de travail en perspective… 😉

    Excellent week-end à vous et votre famille également

  13. Merci ! pour l’anniversaire de mon fils, je vais lui offrir votre livre « les baleines ont elles le mal de mer, il sera ravi !

    A la librairie « la Galerne » du Havre, vous avez beaucoup de succès et le livre plaît tant par la fraîcheur de vos écrits, le style les jeunes adorent et les moins jeunes aussi.

    Bon si ça continue je vais faire « attachée de presse », c’est ce que je fais plus ou moins, travaillant dans la communication.

    Très bon week end à vous

  14. Hé bien Catherine, souhaitez-lui un joyeux anniversaire de ma part à votre fils ! 😀

    Et j’espère que La Galerne ne va pas très vite se retrouver en rupture de stock de l’ouvrage Les baleines ont-elles le mal de mer ? 😆

    😉

    Vous travaillez dans la communication : très bien !

  15. La Confédération des Cinq Nations Iroquoises demande la relaxe du Capitaine Paul Watson
    En guise de soutien, les Cinq Nations ont envoyé une lettre à la Chancelière allemande, Angela Merkel, lui demandant la relaxe du Capitaine Paul Watson.

    La Confédération des Cinq Nations Iroquoises soutient Paul Watson et Sea Shepherd depuis plusieurs années. Le 18 juin 2007, en réponse au Gouvernement canadien qui venait de révoquer l’immatriculation du navire de Sea Shepherd, le Farley Mowat, les Cinq Nations ont offert à Sea Shepherd le drapeau et l’immatriculation des « Cinq Nations » pour le Robert Hunter et le Farley Mowat.

    Sea Shepherd se félicite du soutien des Cinq Nations, et continue de naviguer en arborant leur pavillon.

    Traduction de la lettre:

    Fédération des Cinq Nations Iroquoises

    RE: La détention du Capitaine Paul Watson par le Gouvernement Allemand et son extradition vers le Costa Rica.

    A la Chancelière d’Allemagne, Angela Merkel

    A la Ministre de la Justice Allemande Melle Sabine Leutheusser – Schnarrenberger

    Nous somme très préoccupés par la décision de l’Allemagne de détenir notre ami le Capitaine Paul Watson de l’Organisation Sea Shepherd, dans l’intention de l’extrader vers le Costa Rica. Nous estimons que le mandat d’arrêt émis par le Costa Rica pour l’arrestation du Capitaine Paul Watson est économiquement et politiquement motivé, possiblement en raison d’un incident pendant lequel Sea Shepherd, en assurant le respect de la loi des Nations Unies, essayait d’empêcher une opération illégale de découpe d’ailerons de requins, opération qui apparemment était connue du Gouvernement Costa Ricain.

    Nous soutenons à 100 % les efforts de Sea Shepherd pour protéger la force vive de notre Mère la Terre. Dans notre volonté d’honorer le travail du Capitaine Paul Watson et de Sea Shepherd, en 2007, nous avons offert au Capitaine Paul Watson les immatriculations des navires et les drapeaux de la Nation Mohawk, représentant la Confédération des Cinq Nations. Ceci a marqué un évènement historique, sachant que les bateaux de Sea Shepherd sont les premiers navires sillonnant les mers à naviguer en arborant le symbole de la Confédération des Cinq Nations, offert par la Nation Mohawk de l’Ile de la Tortue (Turtle Island). Nous sommes très honorés que nos pavillons flottent aux mâts des vaisseaux de Sea Shepherd depuis ce jour. De fait, nous sommes très inquiets pour son bien-être personnel.

    Plusieurs individus, organisations ou gouvernements essaient d’empêcher Paul de poursuivre l’action de Sea Shepherd, dans le but de continuer à tirer profit de la destruction des océans. En raison de pressions économiques, le peuple du Costa Rica est forcé à travailler dans un tel climat. Transférer Paul dans un pays où une grande part de la population pourrait nourrir une haine personnelle à son encontre, dans ce type de climat, pose un vrai problème concernant sa sécurité personnelle.

    Nous sommes reconnaissants à notre ami, le Capitaine Paul Watson, de tous ses efforts et de son dévouement pour la défense de notre Terre Mère, et ce aussi pour les générations futures. Nous vous prions de bien vouloir prendre en considération le travail précieux effectué par Paul Watson et Sea Shepherd, ainsi que les points que nous avons porté à votre attention concernant sa possible extradition. Au mieux, nous vous serions redevables si vous pouviez le libérer de cette manœuvre « économico-politique ».

    Dans la paix et l’amitié,

    Wahéhshon Shiann Whitebean
    Femme Chef / Mère de Clan
    Orenre’ko :wa, Clan des Loups

    Kawisente Carol McGregor
    Femme Chef / Mère de Clan
    Tehanakarine, Clan des Ours

    Le Secrétaire, Stuart Myiow
    Conseil Traditionnel Mohawk

  16. Bonjour Francis,
    Dernières nouvelles de Paul Watson (souhaitons lui bon courage)
    Menacé d’extradition, le militant Paul Watson a quitté l’Allemagne

    FRANCFORT (Allemagne) – La justice allemande a réclamé mercredi l’extradition vers le Costa Rica du militant écologiste Paul Watson, en fuite depuis deux jours alors qu’il était assigné à résidence à Francfort (ouest).

    La cour d’appel de Francfort a expliqué avoir été informée par le garant de Paul Watson qu’il avait quitté le pays pour une destination non spécifiée.

    Puisque Watson a montré par sa fuite que la confiance mise en lui n’était pas justifiée, le mandat d’arrêt émis contre lui doit être remis à exécution, a déclaré la cour dans un communiqué.

    Le fondateur de l’organisation Sea Shepherd, 61 ans, avait été arrêté à l’aéroport de Francfort le 13 mai, en vertu d’un avis d’arrêt international émis par le Costa Rica qui l’accuse d’avoir mis en danger l’équipage d’un bateau lors d’une opération contre la chasse aux requins en 2002.

    Le Canadien avait été remis en liberté contre une caution de 250.000 euros quelques jours plus tard, avec obligation de pointer deux fois par jour au commissariat, en attendant la décision de la cour d’appel.

    Or il ne s’est plus présenté à ces contrôles depuis le 22 juillet, a indiqué la Cour.

    On est évidemment très déçus de cette décision. S’il est parti c’est qu’il n’avait pas le choix, a déclaré à l’AFP Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France, ajoutant : on n’a pas de commentaire à faire sur sa destination.

    Dans un communiqué Brigitte Bardot a elle dénoncé mercredi la décision de la justice allemande comme une injustice totale, estimant que Paul Watson n’avait fait que du bien dans son combat pour la protection des baleines et requins.

    M. Watson est accusé par le Costa Rica d’avoir violé le droit maritime lors du tournage du film documentaire Les Seigneurs de la mer (Sharkwater), qui dénonce la pratique du shark finning consistant à pêcher les requins pour leur couper les ailerons puis à en rejeter les corps à la mer.

    Selon le site internet allemand de Sea Shepherd, l’incident a eu lieu au large du Guatemala et concernait un bateau de pêche costaricien, le Varadero, dont les membres d’équipage ont accusé l’organisation d’avoir voulu les tuer. Sea Shepherd affirme avoir des preuves du contraire en vidéo.

    Dans un entretien à l’AFP en mai, Paul Watson s’était inquiété pour sa sécurité s’il devait être extradé.

    Je n’ai aucune raison de croire que le système judiciaire du Costa Rica ne m’offrira pas un procès équitable, avait-il dit, ajoutant: Mon inquiétude ne concerne pas le système judiciaire mais le fait que la mafia de la nageoire de requin a mis ma tête à prix et qu’une prison costaricaine fournirait une excellente occasion pour exercer ce contrat mortel contre moi.

    Avant d’insister: nous avons fait perdre pas mal d’argent aux chasseurs de requins au cours des 20 dernières années et ils veulent se venger. Je veux l’assurance absolue que les autorités costaricaines ne me mettront pas dans une position où ma sécurité sera en jeu.

    La présidente du Costa Rica Laura Chinchilla, en visite à Berlin en mai, avait assuré que si Paul Watson est extradé vers le Costa Rica, il bénéficiera d’une procédure judiciaire qui s’en tient strictement aux principes de l’Etat de droit et aux normes internationales qui s’appliquent dans ce type d’affaires.

    Réputée pour ses coups de force contre des bateaux de pêcheurs, Sea Shepherd (Berger de la mer) est une organisation non gouvernementale consacrée à la protection des océans. Basée aux Etats-Unis, elle a été fondée en 1977, après le départ de M. Watson de Greenpeace.

    Celui que les membres de l’ONG appellent affectueusement le Capitaine avait déclaré dans un autre entretien avec l’AFP en 2010 n’avoir de comptes à rendre qu’aux baleines et aux phoques.

    (©AFP / 25 juillet 2012 16h32)

  17. Oui ! d’après ce que j’en comprends, sa vie semble être en danger. Incroyable, rendez service, on vous le rendra !

    il y a des milieux dans lesquels, il vaut mieux garder sa place! et la prudence n’est pas un vain mot, je pense qu’il est très bien où il est et c’est très bien !

    Très bon week end à vous Francis et votre famille

  18. Merci d’avoir signé ma pétition: Pour que la France accueille Paul WATSON!

    Chaque personne qui signe renforce notre mobilisation. Merci de prendre une minute pour partager ce lien avec tous vos contacts:

    http://www.avaaz.org/fr/petition/Pour_que_la_France_acceuille_Paul_WATSON/?tEMmabb

    Ensemble, provoquons le changement,
    Lamya et Franck


    Voici la pétition à envoyer à vos amis:

    Pour que la France accueille Paul WATSON
    Comité de soutien au Capitaine Paul Watson

    Pour que la France accueille Paul Watson,
    le 1er réfugié politique écologiste

    PAUL WATSON, Fondateur et Président de l’ONG internationale de défense des océans SEA SHEPHERD (Berger de la mer) est actuellement en passe de perdre sa liberté, peut être sa vie.

    Citoyen d’honneur de la ville française de Saint Jean Cap Ferrat et désigné par Times Magazine comme l’un des vingt plus grands héros écologistes du XXème siècle, Paul Watson est un activiste investi dans la défense des océans depuis plus de 40 ans. Dans son combat pour les océans, il s’est attiré de puissants ennemis, au plus haut niveau des Etats.

    Paul Watson a été arrêté à Francfort, en Allemagne le 13 mai dernier, suite à un mandat d’arrêt émis par le Costa Rica pour des faits remontant à 2002. Watson avait alors interrompu une opération de pêche illégale aux ailerons de requins dans les eaux du Guatemala (pratique cruelle qui consiste à découper les ailerons de requins et rejeter leurs corps agonisants à la mer). Watson patrouillait alors sous mandat Guatémaltèque. L’année précédente, les braconniers Costa Ricains mis en cause lors de cette opération avaient été inculpés pour pêche illégale au requin dans la Réserve Marine des Galápagos, classée Patrimoine Mondial de l’Humanité et déclarée Patrimoine en péril par l’Unesco en 2009. Lors de cette opération, Paul Watson n’a blessé personne et n’a endommagé aucun matériel. Il est néanmoins poursuivi par le Costa Rica, dix ans après les faits, pour « mise en danger de la vie d’autrui » alors même que deux juges Costa Ricains successifs avaient déjà prononcé un non lieu à l’époque des faits. Paul Watson fait notamment l’objet d’une notice rouge émise par Interpol qui après l’avoir refusé son inscription dans un premier temps, s’est finalement plié à la volonté du Costa Rica, pays agissant lui même comme « sous-traitant » du Japon.

    Car par delà le cas Costa Ricain, Paul Watson s’est surtout attiré les foudres du Japon- troisième puissance économique mondiale- pour ses interventions répétées depuis 8 ans contre la chasse baleinière Japonaise (chasse qui viole le moratoire international sur la chasse baleinière en vigueur depuis 1986) dans le sanctuaire baleinier de l’Antarctique. En 2010, Wikileaks révélait dans la presse que des négociations secrètes entre le premier Ministre Japonais et la secrétaire d’Etat américain, Hilary Clinton visaient à priver Sea Shepherd de son statut caritatif afin de l’affaiblir financièrement. Dans ces cables, le Japon, rendait Sea Shepherd directement responsable du faible rendement de sa chasse baleinière et des dizaines de millions de dollars de pertes qui s’ensuivent. (Pour la seule année 2011, 172 baleines furent tuées en Antarctique sur un quota fixé à plus de 1000).

    En octobre 2011, date de l’émission du mandat d’arrêt Costa Ricain contre Paul Watson, le Japon intentait en parallèle une action contre Sea Shepherd devant la Cour Américaine de Justice pour faire interdire les interventions de l’ONG pour la dans sanctuaire baleinier de l’Antarctique. En mars 2012, le juge américain statua en faveur de Sea Shepherd en rejetant la plainte japonaise.

    Par la suite, un mandat d’arrêt aurait été délivré par le Japon visant des infractions imaginaires qui auraient été commises à l’occasion de la campagne 2010 de Sea Shepherd en Antarctique.

    Les mandats d’arrêt issus par le Costa Rica (et par le Japon) reposent sur des procédures hautement contestables dont la finalité politique ne fait pas de doute.

    Aujourd’hui traqué par la mafia des ailerons de requins, par l’Etat japonais et son allié l’Etat du Costa Rica, Paul Watson est devenu « l’écologiste à abattre ». C’est un symbole, poursuivi pour l’exemple. Alors que 700 militants écologistes ont été assassinés au cours de la dernière décennie1, réduire le Capitaine Paul Watson au silence, c’est envoyer un message de menace très clair à tous les mouvements de résistance écologiste qui luttent péniblement pour sauver ce qu’il nous reste de biodiversité.

    A l’heure où les Nations Unies annoncent la mise en place de l’initiative « Ocean Compact », censée rendre plus efficace la protection effective des Océans, ne laissons pas l’un de leur plus fervents défenseurs être livré aux puissants lobbys qui détruisent impunément la biodiversité marine, mettant ainsi en péril notre avenir et celui de nos enfants.

    Déjà en 1992, le Commandant Cousteau tentait de nous alerter : « Les Océans sont en train de mourir sous nos yeux… ». Vingt ans plus tard, l’océan demeure cette vaste zone de non droit dans laquelle les crimes restent impunis et où se joue pourtant, loin des regards de tous, l’avenir de l’humanité.

    Car par delà la lutte pour la survie des animaux marins, le combat de Paul Watson est à n’en point douter l’une des plus grandes causes humanitaires au monde. Si les océans meurent, nous mourrons tous, s’il est une évidence à laquelle nous ne pourrons échapper, c’est celle là.

    Aujourd’hui, cessons de détourner le regard.

    Nous, soussignés, demandons à ce que la France, terre d’accueil historique tournée vers l’Océan et pays des Droits de l’Homme, s’engage à donner l’asile politique au Capitaine Paul Watson, l’un des plus grands héros écologistes de notre époque.

    Quand l’injustice devient la loi, la résistance devient un devoir.

    site: http://www.seashepherd.fr

    http://www.avaaz.org/fr/petition/Pour_que_la_France_acceuille_Paul_WATSON/?tEMmabb

    Envoyé par Avaaz à partir de la pétition de Lamya et Franck

    ——————————————————————————–

  19. Sea Shepherd. L’écologiste Paul Watson part affronter les baleiniers japonais
    Environnementmercredi 05 décembre 2012 (Ouest France)

    Le Canadien Paul Watson, surnommé le « pirate écolo », affirme se trouver à bord d’un navire de l’ONG Sea Shepherd après avoir échappé à la justice allemande, et faire cap vers l’Antarctique pour harceler les baleiniers japonais dans l’océan Austral.
    « Je foule à nouveau le pont du Steve Irwin », un des navires de la flotte de Sea Shepherd (« Berger de la Mer ») engagée dans le Pacifique sud, s’est réjoui Watson tard mardi soir sur le site de l’ONG. « J’ai un équipage formidable et notre bateau fait route vers l’Antarctique », a-t-il dit.
    Le Steve Irwin a quitté Melbourne le 5 novembre pour prendre la tête de la 9e campagne de l’association, la plus ambitieuse de son histoire, avec quatre navires – dont le Brigitte Bardot – un hélicoptère, trois drones et une centaine de personnes engagées. La campagne avait démarré plus tôt, officiellement parce que les militants avaient indiqué vouloir perturber les baleiniers dans le Pacifique nord, au large du Japon, plutôt que de les attendre dans les eaux de l’Antarctique.
    « Apparemment ils nous ont crus », a ironisé Paul Watson. « Évidemment nous n’avons jamais eu l’intention de faire route vers le nord. Nous les attendons dans le sud, avant qu’ils atteignent le sanctuaire des baleines dans l’océan Austral. »
    Recherché par le Costa-Rica, où il est accusé d’avoir mis en danger un équipage lors d’une opération contre la chasse aux requins en 2002, Paul Watson, 61 ans, fondateur de l’organisation Sea Sheperd, avait été arrêté à l’aéroport de Francfort le 13 mai. Il s’était enfui en dépit d’une assignation à résidence.
    Watson a expliqué avoir mis quatre mois pour rejoindre l’Australie en traversant « deux océans et un nombre incalculable de rivières, franchissant trois chaînes de montagne, un désert, des lacs et des dizaines de villes ».

  20. Je partage comme tout le monde l’objectif de Sea Shepherd, mais je condamne leurs méthodes extrême. Le Dalai lama a aussi condamné leurs méthodes. http://www.europe1.fr/International/Le-Dalai-lama-denonce-Sea-Sheperd-218126/

    Sea shepherd est une organisation extrémiste et anti humaniste. Et que penser de son leader Paul watson qui a déclaré que « la vie d’un ver de terre est plus important que celle d’un humain »?

    http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/l-affaire-paul-watson-la-117726

    A St Pierre et miquelon , on les accueille comme ça http://www.youtube.com/watch?v=hUIaB76NBIg

    :http://www.dailymotion.com/video/xzc2x_terrorisme-ecologiste_news#.UVla52CaIds

    Savez-vous que Paul Watson, le gourou recherché par interpol était adepte des thèses anti-immigrationnistes et néo-malthusiennes ? en gros laissons crever les pauvres, pour rendre services aux animaux ? que Brigitte Bardot, soutien actif de Marine Le Pen est main dans la main avec Lamya Essemlali (!) et a donné son nom (et beaucoup d’argent, merci l’exception culturelle française à l’un des navires de ces pirates à la petite semaine ? L’écologie oui, l’extrémisme ecologique non ! Mais LAmya est maline : quelle douceur sur les plateaux télé, on lui donnerait le Bon Dieu sans confession, elle est même humaniste à ses heures… MANIPULATION !http://www.nzherald.co.nz/opinion/ne…ectid=10329555 http://candobetter.net/node/605

    Quand on vous dit que ce Monsieur Watson est chelou de chez chelou… Selon lui, il y a trop d’humains sur Terre et en particulier aux USA, pays (très pollueur) qui voit sa population augmenter trop fortement chaque année à cause… des immigrés venus du Sud (latinos principalement). En plus, toujours d’après ce grand humaniste, ces immigrés feraient trop d’enfants par rapport aux « natifs ». Ni une ni deux, « Interpaul » Watson en déduit qu’il faut lutter contre l’immigration en fermant le robinet… Bon, Paul ne sait pas que les USA tirent en partie leur croissance de ces immigrés (qui bossent à pas cher et consomment), mais il s’en fout: son but est que les humains soient le moins nombreux possible… Parce qu’ils sont nuisibles et valent moins que des vers de terre (toujours d’après PW)…

    En France, tenir ce type de propos l’aurait immédiatement classé à la droite de Marine Le Pen… Qu’en pensent nos verts d’EELV, ceux-là même qui ont appelé à sa libération ?

    Qu’en pense Melle Lamya Essemlali, présidente de SSCS France ?

    http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/220612/haines-et-baleines

    http://www.canadafreepress.com/2005/higgins100705.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *