Ayant eu à faire sur Paris, le temps d’un aller retour TGV, je suis redescendu avec une sinusite. Alors qu’ici, à Marseille, le soleil brille et il serait possible de bronzer sur la terrasse.

Mais par principe, je ne commence cette activité qu’au début de l’été phocéen, c’est à dire mi mars…

N’en déplaise à Nicolas Hulot, le réchauffement global je suis pour !