Les concombres s’envoient en l’air

C‘était en fin de plongée à Moyade de terre… En rejoignant le bateau, sous palier, nous découvrons avec Marie-Ange une scène extraordinaire et disons… suggestive. La mer est en érection ! Des centaines d’holothuries se sont regroupées là, dressées de manière inhabituelle au milieu des posidonies. C’est la semaine de la reproduction ! Cet animal sans goût ni grâce (sauf pour les Tongiens, mais ceci est une autre histoire…) se reproduit en groupe. Plaqué au sol, les testicules bien calés entre deux oursins et l’œil au viseur, je reste fasciné par le spectacle. A intervalles réguliers, ce que je suppose être les mâles émettent des jets de laitance blanche qui se dilue lentement dans l’eau bleue ; ça n’a pas de fin : le concombre est une affaire ! J’ai l’impression que celui que je cadre a déjà perdu la moitié de son poids en plaisir…

concombres de mer en érection holothuries

A propos, éprouvent-ils du plaisir ? Voilà une question passionnante et qui devrait être assez difficile à établir scientifiquement… Par contre, il est évident que cette semence fait plaisir aux poissons et en particulier aux girelles. Toutes des cochonnes… (Les girelles !). A peine émis, le sperme concombrien est promptement avalé. Des sars homosexuels profitent également de la manne, en catimini… Encore une grande leçon de la nature : éjaculer en quantité suffisante pour qu’une petite proportion échappant aux prédateurs puisse avoir une chance de féconder les femelles. Aaah nous autres humains ne connaissons pas notre bonheur ! Nous ne pourrons pas assister à la fin de la partie, nos réserves d’air étant parvenues à expiration (!). A l’heure qu’il est, les concombres se pâment peut-être encore…

Goudes centre de loisirs plongée

Vous voulez faire cette plongée (et beaucoup d’autres) ? : Les Goudes Centre de Loisirs. Cet article est le dernier consacré aux plongées aux Goudes et voici donc en guise de générique la traditionelle « photo de famille ». Un grand merci à Marie, Bertand, Vincent… et tous les autres ! Ce n’est qu’un au revoir !

Partager ce billet
  , , , , , , , , ,


12 commentaires sur “Les concombres s’envoient en l’air

  1. J’ai eu la chance de voir ce phénomène aussi… je viens de fouiller dans mes photos, c’était le 02 Aout de l’année dernière. Ça a l’air d’être super réglé, je sais pas trop ce qui déclenche ce phénomène… je vais essayer de me renseigner. J’ai bien aimé ta vision des choses, lol!
    @+ !

  2. Denis m’a souvent vanté le plaisir des plongées à Marseille et du centre des Goudes notament. Après avoir lu tes articles et ceux de Maris-Ange comment resister à l’appel d’un w.e plongée. Tes photos sont magnifiques. Merci pour le plaisir de l’oeil.

  3. Bonjour Sylvie.
    Venez donc ! On pourra toujours partager un moment. Quand aux photos, merci, mais je n’ai aucun mérite : j’ai pratiqué ce métier très longtemps… Et avec le numérique, c’est encore plus facile… La mer fait tout le travail !

  4. J’ai croisé des concombres de mer aux antilles, en fait souvent au mouillage sous mon bateau et comme je n’en loupe jamais une, je me suis amusé à récuperer cette semence laiteuse ( qui du reste est assez collante et gluante ) pour la coller dans le dos de ma compagne qui nageait non loin de moi.
    Sa réaction a été instantanée ( j’ai reçu de retour sur le voilier ) une bordée d’insultes et une séance de bouderie.
    Dès que j’ai un moment je viendrais trainer mes tongs aux Goudes et manger une pizza au feu de bois ( si le resto existe encore ).
    Comme tu le sais Fran6 je suis né à côté, à Bonneveine, c’est donc mon quartier et j’y retourne toujours avec beaucoup de nostalgie et un petit pincement au coeur.
    @ bientôt !
    Philippe.

  5. Bonjour Philippe.
    On jouait à ça aussi en Bretagne, il y a bien longtemps… Mais je crois qu’il y a confusion : hors période de reproduction, il semble que les holothuries expulsent leurs viscères quand on les titille ; et c’est cela la « substance collante »… A ne plus faire, de toute façon : ce n’est plus « politiquement correct »…
    Quand aux pizza au feu de bois, elles existent toujours Chez Paul, sur le port des Goudes où je vais déjeuner quelquefois. En plus, ils sont « fans » de Carnets de Plongée 😉

  6. Bonjour Francis,
    Juste un mot de réponse avant de partir au boulot. En effet mes pitreries remontent à 1 quinzaine d’années et j’ai abandonné ce genre de blagues, d’ailleurs en plongée je ne mets jamais de gants ( pour ne pas être tenté de toucher, quelle sale manie ! ). Merci pour les infos sur la confusion. Je suis heureux d’apprendre que la pizzeria existe toujours, j’adore cet endroit au bout du bout, ou l’on se retrouve seul face à sois même ( pas dans le resto c’est sur ). Mais j’aimes les Goudes même l’hiver par temps de pluie, c’est magique, un quelque chose d’iréel.
    Dès que j’ai un peu de liberté, je saute sur ma moto et je viens vous voir ( j’envoi un mail avant pour être sur que vous soyez là ). J’ai regardé le profil de tes équipiers, ce sont des gens très interressants. Longue vie aux carnets de plongée et à tes magazines !!!

  7. Bonjour

    Je fais un article pour le Comite d’entreprise d’Eurocopter sur la plongee bio.

    J’aimerais utiliser (sans droit d’auteur :-)) les 2 photos et plagier un peu votre texte.

    Pouvez vous me donner votre autorisation.

    Merci d’avance

  8. Les holoturies en arabe « zob el bar » cela sert aussi comme appat pour les sars et dorades à la ligne morte la nuit
    Mais attention il ne faut utiliser que le lard interne de la peau que l’on enlève avec une cuillère affutée
    Et ça marche car comme on dit sur le port du Brusc : »
    – Le vier marin jeune, le sar et la dorade ils en sont friands !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *