La SNCF fait la morale !

Je viens de déposer mes enfants à la Gare Saint Charles de Marseille, à l’issue des vacances. Instant toujours douloureux. Moment idéal pour découvrir la nouvelle campagne d’excommunication de la SNCF : Il n’y a a pas de petite incivilité…

A l’extérieur, une grosse bouse verte tombée sur le parvis, censée représenter un chewing-gum et à l’intérieur, un énorme mégot pour mieux rappeler aux fumeurs parias leur frustration permanente, sans doute. Interdiction de fumer « dans les lieux publics » d’autant plus ridicule dans les espaces ouverts « à tous vents ». Passons.

Je ne suis pas contre l’esprit civique, loin de là, question d’éducation. Mais je n’ai pas besoin de concept art pour me rappeler les règles. Quand aux malotrus, à mon avis, cette campagne ne changera pas d’un mégot leur comportement. Va pour le rappel à l’ordre concernant les mégots, les chewing-gum, les papiers gras, les sonneries de portable. Mais la SNCF va désormais plus loin :

  • Il n’y a pas de petit agacement
  • Il n’y a pas de petit soupir
  • Il n’y a pas de petit haussement d’épaules
  • Il n’y a pas de petit énervement

On croit rêver. Ainsi, ce ramassis d’incompétents syndiqués et grévistes à plein temps prétendrait réprimer nos énervements, nos agacements, et jusqu’à nos petits soupirs ? On se demande vraiment pourquoi tant d’usagers seraient énervés… Alors, messieurs les stratèges, sociologues et pubards de la compagnie ferroviaire, notez qu’il n’y a pas non plus de petits retards permanents, il n’y a pas de petits contrôleurs agressifs et mal lavés, il n’y a pas de petits trains bloqués pendant des heures sous les tunnels, il n’y a pas de petites queues interminables au comptoir des billets, il n’y a pas de petits tarifs scandaleusement disparates, il n’y a pas de petits tarifs abusifs pour transporter avec soi… Un hamster ! Il n’y a pas de petites grèves sauvages pour raisons politiques qui paralysent tout un pays… Il n’y a pas d’abonnés au numéro que vous avez demandé !

Combien a coûté cette campagne et la promotion qui va avec ? On est content pour les artistes mais à la place, on aurait aimé l’embauche de personnel compétent, pour l’accompagnement des enfants par exemple. Depuis quelques temps en effet, et de manière aléatoire, l’accès aux rames est interdit aux parents accompagnateurs, obligés de laisser leur progéniture aux yeux humides batailler pour entrer seuls dans les bétaillères avec armes et bagages. Scandaleux ! Et que se passera-t-il quand un enfant se coincera la jambe entre quai et wagon ? Voilà qui est plus grave qu’un mégot sur le tarmac !

A force de prendre les clients pour des cons, je crains que dans un avenir proche, le personnel à casquette n’ai de plus en plus de mal à sauver ses testicules…

Partager ce billet
  , , , , , , ,


23 commentaires sur “La SNCF fait la morale !

  1. Je l’avoue, j’en ai vu parfois sur les quais, des choses humainement incompréhensibles ! Je me souviens surtout de cette fois où des enfants se sont retrouvés livrés à eux mêmes courant sur le quai avec leurs valises plus grosses qu’eux et essayant de trouver le bon wagon alors que le train était sur le départ, les parents contraints par les agents de rester derrière des barrières et de regarder leurs gamins sauter dans le TGV sans la moindre assistance d’un adulte… Je n’ose imaginer ce qu’il serait arrivé s’il y avait eu un incident sur la voie ?

    Heureusement, Francis, il y a plus drôle 😉 Comme faire la queue pendant des heures uniquement pour acheter un « billet de chien » parce que j’avais le malheur d’avoir déjà mon billet d’humain (or, depuis peu, on peut commander le billet de chien sur Internet, oui, mais uniquement à condition d’acheter le billet d’humain en même temps, attention 😆 !!!). Mon chien fait 4 kilos, en 2011, il me coûtait 5 euros et quelques centimes. En 2012, tout augmente. J’en ai pour 6 euros à chaque voyage, le monstre à poils voyageant sur mes genoux, mais ouf, ma valise, elle, même si elle pèse trois ou quatre fois le poids de la bête ne me coûte pas un sou de plus et a même une place bien à elle, pas sur mes genoux (déjà occupés par le chien, vous suivez ?).

    Allez, consolons-nous, d’autres avant vous en ont vu des vertes et des pas mûres… Et je suis sûre qu’aujourd’hui, la SNCF a fait son mea culpa sur cette affaire : http://merseaplanete.com/vos-billets-sil-vous-plait-2/

    Merci chef, plutôt très amusant ce post… J’espère qu’à la SNCF, on a encore de l’humour ! Bon dimanche 😉

    • Quelle vie de chien, ma chère Caroline !
      En parlant des bagages, quelle ergonomie quand on y pense : Quelques misérables « espaces à bagages » à l’entrée des wagons, toujours remplis à coup d’épaulés-jetés d’haltérophiles et naturellement sous dimensionnés (Sur le Titanic il n’y avait pas non plus assez de canots de sauvetage pour tous les passagers. C’est comme ça qu’on a perdu Leonardo di Caprio…) ET un espace central. Très malin. Idéal pour le flux des voyageurs au départ et à l’arrivée. En France, on aime les queues !
      Sans parler de l’allure de tortillards de nos fiers TGV qui deviennent TPV (trains à petite vitesse) en hiver, dès qu’il neige un peu. « Parce que il y a de la glace sur la voie et que ça abime je ne sais quoi ». Mais le tarif, lui, ne change pas. Et pendant ce temps là au Canada, les trains « Bombardier » foncent à 200 à l’heure sous 4m de neige !

  2. Mouarfff!!! Ouaip et encore quand il y a des trains et non pas des bus comme chez moi… C’est une honte cet outil part en lambeaux. Bientôt le service sera aussi lamentable qu’au Royaume Uni.

  3. sauf qu’au Royaume Uni le transport ferroviaire est privatisé tandis qu’en France la SNCF est une entreprise publique, et oui on paye deux fois un trajet souvent en retard, une fois le billet et une autre fois avec nos impôts, avec la SNCF prenez de l’avance! chatouillons nous pour rester polis.

    • Publiquement scandaleuse, oui ! Dans le même genre, une étude a montré que l’intégralité de nos impôts servait à payer le papier et le personnel chargé de les recouvrir (les impôts) et à rien d’autre ! Autrement dit, on pourrait supprimer l’impôt sur le revenu. Sans autre incidence qu’un gros paquet de fonctionnaires au chômage. Ce qui est un vrai problème : qui surveillerait alors les pendules dans chaque bureau ?

      • Ne Mélenchon pas tout ! (le retour 😉 )
        L’an dernier, le Ministère du Budget indiquait, dans sa petite brochure en couleur, que l’impôt sur le revenu représentait à lui seul un peu moins de 1/5ème des recettes du budget national (52,2 milliards d’euro sur 271,8 soit 19,2%). Si l’on y ajoute l’impot sur les sociétés, on passe à 97 milliards d’euro de recette.
        A titre de comparaison, le poste de dépense « Gestion des finances publiques et des ressources humaines » (qui est probablement celui qui intègre les salaires de l’ensemble des fonctionnaires de l’Etat) s’élevait lui à 11,7 milliards d’euro (soit environ 3,2% des dépenses).
        Je ne connais pas l’étude à laquelle vous faites référence mais à la lumière de ces quelques chiffres, et à moins d’une grossière erreur de ma part – qui n’est pas à exclure, permettez-moi de douter de sa véracité. Voire même de son existence (pardonnez mon outrecuidance) si l’on en croit la quantité phénoménale d’information non vérifiée qui circule sur le Net à la vitesse d’une rumeur.
        Quitte à parler de recouvrement, on pourrait s’amuser avec les chiffres et dire, par exemple, que la charge annuelle de la dette (45,4 milliards d’euro) pourrait probablement être financée par le recouvrement de la fraude fiscale (70%) et sociale (30%)…

        • Ouais, bon !
          Vous savez, les chiffres, on leur fait dire ce qu’on veut ! 🙂 Je ne vais pas me battre là dessus : je ne suis absolument pas compétent. Mon besoin de provocation permanente a du me faire prendre des vessies pour des lanternes. Mais j’ai bien lu quelque part cette étude « édifiante ». Sans croiser l’info, je vous l’accorde… Alors, avec vos milliards et vos %, vous m’impressionnez et devez avoir raison 🙂
          Recouvrir les fraudeurs fiscaux… D’un linceul ? Houuuu les vilains tricheurs ! Le problème c’est qu’il sont déjà tous barrés en Suisse, Lichtenstein, Luxembourg, Iles Caïmans… Au paradis…
          A part ça, moi qui était fan de Mélenchon pendant sa campagne, voilà que je le trouve tout éteint. Quelqu’un a touché un fil, enlevé un fusible… ?
          Bon week end !

  4. Et après, ils vont s’étonner qu’on continue prendre notre bagnole ?!
    moi, dans ma caisse, je peux soupirer, râler, chanter, crier … qui a dit péter ?! 😉
    bon allez, c’est pas tout ça, mais j’ai une paire de litres de précieux nectar d’hydrocarbure à vaporiser sur 700 kms aujourd’hui !

  5. Ne mélangeons pas tout ! (si je puis me permettre…)
    Je suis le premier à pester contre les nouvelles organisations à la mords-moi-le-nœud de la SNCF, la centralisation du système (pour aller de Bordeaux à Lyon, mieux vaut passer par Paris, c’est plus rapide), les élus de tous poils qui veulent tous récupérer une gare TGV qui finit par devenir TER, le premier à râler contre la fermeture des petites gares (que l’on finit par ré-ouvrir parce que ça correspond aux nouvelles politiques régionales de transport; des années -et des millions- de perdu à ne pas voir plus loin que le bout de son nez…), le refus d’investir dans le fret ferroviaire (pour mieux respirer les bahuts qui trimballent leur tomates pas mures de l’Espagne au Pays-Bas et faire le gras de Michelin, Total et des autoroutes privatisées), bref, à regretter ce que devient le chemin de fer français.
    Mais je n’arrive pas à me résoudre à mettre tout le monde dans le même panier…
    Les syndiqués ne sont pas réellement « grévistes à plein temps ». Et puis les grèves, c’est un peu comme l’iceberg : on ne voit pas ce qu’il y a dessous… Monter les usagers contre les salariés est la stratégie choisie par le « ramassis d’incompétents » (probablement pas syndiqué) qui permet de justifier le démantèlement de ce service -de moins en moins- public, qui fonctionnera donc moins bien, entraînera des grèves,… et c’est reparti pour un tour !
    Entre les campagnes de « com’  » à se pendre, le site Internet qui laisse s’échapper les données confidentielles, la rubalise sur les emplacements bagages pour faire peur aux terrorissses, le service de réservation inaccessible (ça fait 3 jours que je ne peux y accéder et ça m’excède !) ou qui proposent des trajets improbables plus longs et plus chers que la normale, les consignes débiles imposées aux personnels de quai, et j’en passe, « les stratèges, sociologues et pubards » ne manquent pas d’idées pour finir de mettre à genoux le système…

    ¡No pasarán!

    Amicalement
    Ted

    [PS : je ne travaille pas à la SNCF et ne suis pas syndiqué]

    Quand à se vanter de prendre sa bagnole plutôt que le train, c’est pas très malin…

    • Ne Mélenchon pas tout, en effet… Aaaaaah j’aime quand mes lecteurs se manifestent ! Toutefois, vous noterez que c’est toujours quand je râle et m’insurge sur quelque dysfonctionnement au pays d’Ubu roi. Nous sommes un peuple de râleurs, c’est vrai. Mes articles sur les fractales ne suscitent pas le même consensus 😆
      Votre analyse est sans doute juste et je ne suis pas dupe. Le problème vient probablement d’en haut. Dans les quelques entreprises que j’ai eu l’honneur de diriger, il n’y a jamais eu de grèves sauvages et le « personnel » (syndiqué ou pas) était heureux de travailler avec moi. Je dis avec, parce que je n’ai jamais demandé aux autres de faire ce que je n’aurais pu faire moi même.
      Quand aux syndicats, ce qui me désole en France c’est qu’ils ne sont pas dédiés à la défense des salariés (on a tous connus des patrons « pourris ») mais sont les pions d’un jeu politique malsain. Et là encore les dés sont pipés : nos différents gouvernements sont bien heureux de pouvoir « négocier » avec les syndicats pour éviter une « vraie » révolution venue de plus bas. Et quand on sait que la plupart des dirigeants syndicaux « touchent » et qu’on achète ainsi leur complaisance… ¡No pasarán! Comme vous dites…

      • « Mélenchon », tout de suite les gros mots ! 😉
        Peuple de râleurs, ça, c’est sur ! Moi qui passe pas mal de temps à l’étranger, quand je rentre, c’est terrible… Peuple de nombrils, aussi. Dieu merci, très peu sont ceux qui s’investissent pour que ça change !! Je vais finir par croire que dans ce pays éducation et politique font office de génétique…
        Je ne vais pas reparler des syndicats français, moi aussi, ça me déprime…
        Pour ce qui est des fractales, je veux bien essayer de râler et de m’insurger, mais face à l’Art, fut-il digital, que suis-je ?… 😉
        Hasta luego compañero !

    • Mais alors, mais alors… Il y avait donc du monde au bout de mes tableaux ?… Moi qui brisé par le chagrin avait cessé d’algoriser, les mains occupées par les tubes d’anxiolytiques, le pistolet d’ordonnance de mon arrière grand père et les nœuds coulants de la corde en chanvre… Merde ! J’ai oublié de fermer le gaz !
      Allez, une petite clope pour se remettre de toutes ces émotions…

  6. En même temps le gars qui a fait cette campagne n’a probablement jamais pris le train… je connais assez le milieu de la pub pour savoir qu’ils ne connaissent pas leur sujet, juste le montant k’ils vont se mettre dans les fouilles… et leur but est plus de se faire plaisir que d’exprimer un truc correctement… Je hais les publicitaires de notre époque, ils ne font que du bruit sans intérêt…
    Bisous

  7. J’ai reçu ça aujourd’hui. Je fais quoi ? J’envoie le lien de ce post ? 🙂 Notons au passage que le train est arrivé à Paris avec 25′ de retard…

    Madame, Monsieur,
    Nous vous remercions d’avoir voyagé avec la SNCF de Marseille St Charles à Paris Gare de Lyon le 21/04/2012
    Pour mieux vous servir et répondre à vos attentes, la SNCF a besoin de votre opinion.
    Votre satisfaction est au cœur de nos préoccupations et de celles de toutes nos équipes.
    En participant à cette étude, vous nous donnez les moyens d’améliorer l’efficacité de notre travail pour répondre à un objectif commun : votre satisfaction.
    Merci pour votre implication,
    Didier Cazelles
    Directeur du Service au Client
    Pour accéder au questionnaire cliquez sur le lien ci-dessous :

    • Eh oui… Il y a des moyens d’agir pour que cesse l’hypocrisie. Une sorte de « grève à l’envers ». On appelle cela l’action citoyenne. De même, la recrudescence des PV à l’approche des élections pour faire du « chiffre » n’ont pas empêché le Front National de faire un score historique. Pourtant, ici, à Marseille, il y a eu plus de police dans les rues que jamais. A se demander où elle se cache le reste de l’année… Résultat : j’ai eu un beau PV « spécial élection » pour stationnement interdit en un endroit ou je n’avais jamais été inquiété. Et pendant ce temps, des tonnes de cannabis sont débarquées chaque jour des containers au port, des centaines d’appartements sont dévalisés, les enfants jouent dans les quartiers avec des AK 47 et des voitures brûlent toutes les nuits… Pour les PV, c’est pourtant simple : il suffirait qu’une majorité de « contrevenants » cesse de les payer. Purement et simplement. A partir de quelle « masse critique » les autorités devraient baisser les bras contre ce type d’action ? 50 % ? Il y a d’autres méthodes de protestation que le vote… de protestation ! C’était l’appel à l’insurrection du jour…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *