Sony Ericsson c905 : Les photos simples comme un coup de fil !

sony ericsson c905 photoC’est peut dire que le billet précédent a eu du succès. L’exotisme de la Gare de Lyon n’a échappé a personne et le regard sur cette destination a séduit tout le monde. Le serveur 1and1 m’a explosé à la figure et je suis contraint de souscrire désormais un abonnement dédié en fibre de carbone, renforcé graphene. Outre les 76000 lecteurs mensuels du blog, devenus quasiment hystériques (j’ai du fermer le formulaire de commentaires : Il a fondu !), ce billet a été cité au Journal Officiel et a fait l’objet d’un buzz sans précédent, relayé par tous les grands médias électroniques, radios, télé et papier (Paris Boum Boum et la gazette de Mortagne au Perche pour ne citer qu’eux). J’ai même du décliner la proposition de l’Elysée au poste de « Haut Commissaire à la geekittude et aux gares ferroviaires ». N’en jettez plus ! Je ne peux donc que tenir ma promesse et vous révéler le How To : Comment jouir d’une plus grande créativité photographique avec un téléphone ?

Le plus souvent, comme tout le monde, j’utilise l’automatisme intégral et ça marche très bien. Quand il n’y a pas assez de lumière, le flash se déclenche et tout le monde est content. J’obtiens des photos stéréotypées, moches mais utilisables. Oui, mais quand on est photographe pro, on cherche la petite bête et on se plonge dans les menus… J’utilise le c905 de Sony Ericsson mais toutes ces manipulations doivent être possibles sur d’autres modèles qui disposent eux aussi de leurs softs propriétaires.

sony ericsson c905Il existe deux types de traitement : avant la prise de vue, et après, une fois l’image enregistrée. L'effet Bleach ByPassAvant la prise de vue, il faut déterminer le type de préréglage en fonction de la situation (reproduction de documents, macro, panoramique, etc). Il n’est pas interdit (au contraire, et c’est le début de la sagesse…) de jouer avec ces presets et de faire par exemple de la photo en plein jour avec le réglage « crépuscule » ce qui donnera un effet désaturé « bleach bypass » à la Minority Report

sony ericsson c905Mais le plus important est de jouer sur la balance des blancs. L'heure de la lune...Non pas pour normaliser l’image (quelle horreur) mais au contraire pour lui donner une dominante colorée. Par exemple, utiliser le réglage incandescent en plein jour pour bleuir l’image. C’est comme ça que j’ai fait la Gare de Lyon au petit matin… A 22h !

sony ericsson c905Enfin, on peut appliquer dès la prise de vue un effet préréglé, le plus intéressant étant à mon sens la solarisation qui donne un effet pictural. La ville interditeC’est ainsi qu’a été prise cette vue de la ville interdite… Notons que cet effet existe aussi en post traitement mais que le rendu est tout différent, plus proche du négatif…

Côté « post-traitement » justement, le c905 dispose de la fonction PhotoFix qu’on peut appliquer systématiquement sur les photos ratées et qui est un peu l’équivalent des fonctions niveaux/contraste/couleurs automatiques de Photoshop.

Par exemple, sur cette photo réalisée récemment depuis ma terrasse de  l’hôtel Hilton à l’île Maurice, soleil couché et préréglage « standard », le logiciel a procédé à un éclaircissement.

hôtel Hilton Mauricehôtel Hilton Mauricehôtel Hilton MauriceMais plus puissante est la fonction PhotoDJ un « mini Lightroom » qui permet bien des choses… Vous pouvez jouer tant que vous voulez avec puisque les modifications apportées peuvent l’être sur une copie de la photo, enregistrée à côté de la précédente. Ce qui permet aussi des modifications en cascade…

Gare de Lyon train bleuGare de Lyon train bleuSur PhotoDJ, les manipulations possibles concernent : Niveaux automatiques, balance de l’éclairage, luminosité et contraste, et effets. De quoi faire… Dans ce dernier menu, les effets « peinture » et « bande dessinée » procèdent à une postérisation et un tracé des contours de la photo ce qui donne un rendu plutôt sympa. J’ai volontairement passé sur l’ajout de textes et surtout de cadres (le triomphe du mauvais goût…). C’est donc avec un post traitement « bande dessinée » que le Train Bleu s’est retrouvé en attente de phylactère…

La possibilité de disposer de copies avec différents effets permet, en les superposant sous forme de calques dans un logiciel de dessin, et en jouant sur l’opacité et les modes de fusion, d’obtenir tous les effets exotiques type « cross processing », « fantasy », « vintage », « métallique » et « noirs et blancs », mais c’est du vice…

Mais je vous entends d’ici « Comment on fait pour obtenir ce chef d’oeuvre muséographique d’art moderne présenté en illustration de ce billet ? » C’est très simple. Le préréglage utilisé est « solarisation » et « photo crépusculaire ». Ensuite, il faut désactiver le stabilisateur d’image et le flash auto et viser un ensemble de lumières. D’un souple mouvement du bras, remontez l’appareil et déclenchez ! Un mouvement de gauche à droite et les traits seront horizontaux. Un mouvement rotatif et des cercles enchevêtrés apparaîtront. Courez en avant ou en arrière (plus dur) et vous obtiendrez l’effet « coup de zoom », comme une explosion de couleurs… Un petit traitement final dans PhotoDJ pour renforcer la saturation et le tour est joué : A vous le salon de la FIAC ! Selon le même principe, il doit être possible de leurrer le flash et d’imiter l’effet « synchronisation sur le deuxième volet » (en clair, un personnage net sur un fond « filé »…).

Le truc du stabilisateur désactivé peut servir aussi pour les images classiques de trafic routier en forme de traits lumineux. Cette fois, ce sont les sources de lumière qui sont en mouvement et l’appareil doit rester fixe, calé sur un support.

Et maintenant, quelques petites astuces pour aller plus loin : Vous sentant l’âme d’un photographe de charme, vous voulez photographier votre chérie en petite tenue mais décidément, cette verrue poilue entre les seins ne rend pas bien… Fi ! Soufflez la bouche en coeur sur l’objectif : la buée formée va faire disparaître ces menus défauts tout en adoucissant l’image. Les porteurs de lunettes peuvent faire de même dans la vie courante : Tout est plus beau… Dans le même registre, vous pouvez utiliser un bas de femme tendu sur l’objectif, une technique chère à David Hamilton, un effet un peu passé de mode (les nymphettes sont devenues grand-mères) mais qui marche toujours.

Vous voulez des étoiles sur chaque bougie d’anniversaire ? Il suffit de manger des frites avec les doigts (tout corps gras fonctionne) et de frotter l’objectif d’un léger glissé d’empreintes digitales. Le sens du frottis dispersera les hautes lumières dans ce sens justement. Après, vous vous débrouillerez pour nettoyer la lentille !

Signalons qu’il existe le même type de logiciel VideoDJ pour traiter les vidéos ! Il est possible (avec de la patience) de faire un peu de montage et de postproduction avec… Enfin, quand vous aurez fini de jouer avec vos œuvres, rien ne vous empêche de vous offrir un petit diaporama en musique à l’aide des thèmes préréglés (bluffant !) Notez que toutes ces manips sont assez gourmandes en énergie et que je me suis retrouvé assez rapidement batteries vides, et sans chargeur… A Paris, sans téléphone, vous vous rendez compte ?

Une dernière chose : Tous les réglages du monde ne remplaceront jamais le regard. Et j’ai perdu la notice…

Partager ce billet
  , , , , , , , ,


3 commentaires sur “Sony Ericsson c905 : Les photos simples comme un coup de fil !

  1. Comment un pro tel que toi a-t-il pu refuser le poste elyseen de la geekitude (j’ai bien fait attention à ne pas oublier le ‘d’ 😉 ?

    Malheureusement, je n’ai pas encore changé de téléphone pour avoir tous ces programmes (j’en ai quelques uns que j’utilise sur mon appareil photo dont je me contente actuellement) bien décrit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *