Vélo’V (prononcer vé-love) est un succès. Ce réseau de 90 stations du Grand Lyon permet d’emprunter et de reposer un vélo n’importe où. Déjà plus de 25 000 abonnés et le paysage de la ville s’en trouve changé…

velovUne furieuse envie de pédaler ! Voilà ce qu’éprouvent les lyonnais depuis le 19 mai 2005 devant les 2 000 vélos installés en libre service sur près de 200 stations. Une première en Europe. L’engouement est réel dans les rues où l’on croise en permanence ces engins à faire pâlir James Bond : Garde-boue rouge, cadre en acier solide, moyeux sophistiqués à changement de vitesse, freins à tambour et dynamo, éclairage et feux stop à diode, et une électronique embarquée qui relie par modem les vélos à leur base ! Le Père Noël s’appelle Jean Claude. JC Decaux, le leader mondial du mobilier urbain en connaît un rayon : des vélos presque gratuits en échange de l’exploitation du marché publicitaire de la ville (panneaux urbains et abribus) pendant treize ans.

Des initiatives et des railleurs

« Nous devions renouveler ce contrat et, à l’occasion de l’appel d’offres, nous avons demandé aux candidats de trouver une façon de développer le vélo en ville, comme moyen de transport doux », explique le maire PS de Lyon, Gérard Collomb.
« Notre objectif est de 4000 vélos en 2007, utilisables 24 heures sur 24 », précise Franck Ponsonnet, directeur régional de JC Decaux. La société a déjà testé son libre-service à Vienne et à Cordoue.

Mais derrière ce concert de louanges relayé par les médias, des usagers grognent et se plaignent de la fiabilité du système. Denis Cheynet, du rassemblement pour une ville sans voiture (Lyon), conclus qu’il est périlleux de compter sur le service vélo’v pour prendre un train ou se rendre à un rendez-vous important, à cause des déprédations, de l’incivisme où de dysfonctionnements. Mais il y a un malaise plus profond. Puisque Vélo’v est un succès dont on parle dans le monde entier, pourquoi le Grand Lyon n’a-t-il pas décidé d’investir directement de l’argent public ? Au même titre que pour les lignes de métro ou de bus ? De son côté, d’ici l’été 2006, JC Decaux aura remplacé les 1 365 abribus existants et créé 835 nouveaux. 536 « mobiliers urbains d’information » sont également en cours de remplacement et 64 nouvelles « sucettes » (dont 5 de 8 m2 !) vont être installées à Lyon et Villeurbanne. L’association Casseurs de Pub conteste avec fermeté cette nouvelle pollution visuelle de l’espace public, alors que la tendance est à la diminution du nombre de panneaux de pub dans d’autres villes françaises.

Bâtons dans les roues

A leur tour, les villes de Paris et Marseille ont décidé de remettre en jeu les contrats de mobilier urbain incluant la mise en place de vélos en libre-service. La bataille s’annonce serrée : Decaux veut devenir leader mondial du «vélo urbain intelligent». Compte tenu du succès de Vélo’V, Montpellier, Barcelone, Genève, Washington, et même Amsterdam, sont déjà venus à Lyon se renseigner. On a déjà les pistes cyclables un peu partout en ville : ne reste qu’à les peupler de bicyclettes ! A moins que nous ne soyons tous tombés dans le panneau…

En savoir plus :

www.velov.grandlyon.com

Geste éco citoyen

Coupez l’eau lorsque vous vous brosser les dents ! Le conseil peut paraître ridicule mais c’est jusqu’à 10 litres d’eau par brossage qui seront ainsi économisés. Considérant que 50 millions de Français se brossent au moins quotidiennement les dents, cela représente 5.000 m3 d’eau par jour…