La neige est arrivée ! Cette année, l’Office du Tourisme de Suisse a fait très fort avec une floraison de voitures dans Paris, garées devant des lieux stratégiques comme l’obélisque, la tour Eiffel, le Fouquet’s, et… couvertes de neige. Histoire de rappeler que les frimas ne sont pas seulement synonymes de rhumes et de grogne mais riment aussi avec les plaisirs de la glisse et des grands espaces. Une campagne réussie si l’on en juge par les regards ébahis ou amusés des parisiens devant ces drôles de voitures aux couleurs de la Suisse, rouge et blanc ; blanc comme neige !

Les sports d’hiver… En ce qui me concerne, je ne suis pas très habile sur un sol en pente et glissant, une fois debout sur des planches. Pour moi, les sports d’hiver sont aquatiques ! Je veux parler de la plongée sous glace, l’aventure ultime de l’hiver. Je l’ai pratiqué dans de nombreux pays, la Laponie, entre autres… Mais c’est sans doute en Suisse qu’on peut goûter à cette activité dans les meilleures conditions de sécurité, précision et rigueur helvète oblige.
carte suisse station Les Mosses Le lac de Lioson par exemple, situé à 1850 mètres d’altitude dans les Alpes vaudoises, accessible par la station des Mosses, est idéal pour cette activité génératrice d’adrénaline. La visibilité y est souvent très bonne et on y rencontre même des truites ! La plongée sous glace s’y pratique de décembre à avril avec les clubs locaux ou avec votre propre encadrement et sous votre responsabilité. L’intérêt étant que les trois trous d’accès aux profondeurs du lac sont maintenus dégagés tout au long de l’hiver.
Les pros de la barre à mine et de la tronçonneuse savent combien cette activité est épuisante et longue et apprécieront de disposer de ces issues permanentes pour profiter au mieux de la plongée. Attention, la plongée sous glace n’est pas une activité anodine et s’apparente à la plongée spéléo. Raison pour laquelle elle est réservée à des plongeurs ayant déjà une certaine expérience et au fait des techniques et dangers spécifiques des « plongées sous voûte ». La température de l’eau oscille entre 1 et 2°C et l’usage d’un vêtement étanche est préférable. Toutefois, je connais des irréductibles qui plongent en humide et c’est un fait que dans cet environnement enneigé, la sensation de froid dans l’eau n’est pas aussi traumatisante qu’on l’imagine. Et les plongées sont en général courtes.
Pour des raisons évidentes de sécurité, je ne saurais trop vous conseiller de plonger avec deux détendeurs séparés munis de leurs accessoires antigivre et de proscrire les plongées profondes. En effet, le débit croissant avec la profondeur, comme chacun sait,d augmente drastiquement les risques de givrage et donc de blocage ou e débit constant du détendeur. De toute façon, l’intérêt principal de la plongée sous glace est de rester à proximité de l’accès, en vue de la lumière et des sculptures baroques de la glace, avec ses myriades de bulles figées. Les jeux de lumière y sont fascinant et on ne s’en lasse pas. Une expérience à vivre !

Bien entendu, l’intérêt est de pouvoir cumuler les plongées avec les autres sports d’hiver qu’offre les nombreuses stations suisses. Vous trouverez tous les renseignements nécessaires sur le site de l’Office du Tourisme de Suisse

Accès à la station des Mosses : autoroute A1 sortie Aigle, direction col des Mosses.

Renseignements : Office du tourisme Les Mosses-La Lécherette – Les Fougères – Case postale 38 – 1862 Les Mosses. Tel. : 41 (0)24 491 14 66.
info@lesmosses.ch
www.lesmosses.ch
Office du tourisme Suisse

Et tant qu’on est en Suisse, pourquoi ne pas découvrir les plongées extraordinaires en eau douce qu’offre ce pays d’eaux vives ? En hiver, les eaux n’en sont que plus claires. Le torrent du Val Verzasca, dans le Tessin par exemple. Mais ceci est une autre histoire…

J’ai beaucoup plongé en Suisse, sous glace, en lac, en grottes… Et vous ?