Playa del Carmen - plongéeQuarante cinq minutes plus tard, nous voilà repartis sur un site voisin, Barracudas. Le courant est un peu moins fort mais surtout, le site est constitué de larges estuaires de sables à l’abri. Sur les rives, grottes et surplombs permettent d’échapper au courant. Et aussitôt, une profusion de vie à écaille. Je vous passe les bancs de lutjans, en passe de devenir lassants, pour suivre un gros baliste océanique Canthidermis sufflamen qui rame péniblement avec ses deux pagaies-nageoires verticales. Un gros diodon hystrix roule ses gros yeux étonnés tandis que dans les gorgones soyeuses comme les blondes se cachent un couple de poissons coffres noir et blancs Lactophrys triqueter. Vous avez remarqué, je vous sers tous les noms latins. Personnellement, ça me gave un peu mais comme ça, on sait qu’on parle de la même chose. Singulière langue morte pour décrire le vivant… Poissons lime, murène tachetée, crabes énormes, langoustes, poissons perroquet : il y en a pour tous les goûts.

Playa del Carmen - plongée - poisson ange empereurSous un surplomb garni d’un velours rouge d’éponges, nous jouons un moment avec un poisson ange royal Holocanthus ciliaris pas trop farouche. Il se nourrit sous la voûte, ventre en l’air et semble admirer sa beauté dans le miroir des bulles d’air…


Comme à la plage, le long du sable ridé, apparaît une tortue verte. Il me la faut ! Dix mètres à faire pour la rejoindre, en plein courant. Et quels dix mètres (n’est-ce pas Didier ? 😉 Le Golgotha ! Centimètres par centimètres j’approche de la belle occupée à grignoter ses éponges pourpres préférées. Tant et si bien que je me retrouve collé à elle et qu’elle pose une de ses palmes sur mon avant bras. Je jure que je ne l’ai pas touchée : c’est elle qui a commencée ! Singulier moment d’intimité entre « l’homme et la bête » dont je sens chaque mouvement, chaque intention.

Playa del Carmen - plongée - tortue

Avec son bec puissant, juste devant mon masque, elle arrache de pleines bouchées d’éponge et je fais attention à mes doigts. Des labres et d’autres poissons colorés commensaux se régalent des miettes. Notamment un « Pourceau espagnol » Bodianus Rufus particulièrement effronté, et je saisis la scène au moment où la tortue relevant la tête, semble s’indigner qu’on mange dans son assiette.

Playa del Carmen - plongée - tortue

Sur ces entrefaites, Didier est arrivé par le train corail et prend la pose derrière la tortue qui réussi son envol vers le soleil… Une petite heure de plongée s’achève, sereine. Ce soir je sors « en ville » et je vous donnerais bientôt mes conseils pour le bon usage du « Playa by night ». Sur ce, il faut que je prépare mes bagages : demain, départ à 4h du matin pour une mini expédition à travers tout le Yucatan, vers le mythique récif d’Holbox

Si vous aussi vous voulez faire ce voyage, consultez Blue Lagoon et Phocea Riviera Maya.