Mexique Yucatan Denis Lagrange Phocea Riviera Maya Istiophorus platypterusNous avons déjà tout dit sur le lynchage touristique du Mexique à l’occasion de l’épidémie de grippe. Alors que je m’apprête à y retourner en juillet, Denis Lagrange, l’un des talentueux cameraman sous-marin de la série Carnets d’expédition en revient. Il séjournait chez Phocea Riviera Maya pendant l’épidémie et m’a confirmé qu’il n’y avait eu aucun cas dans toute la péninsule du Yucatan ! Beaucoup de bruit pour… Rien.

Par contre, il ramène dans ses bagages cette image extraordinaire et rarissime de sa rencontre avec pas moins de dix poissons voilier Istiophorus platypterus, dans les eaux du large. Ce poisson qui détient le record de vitesse avec des pointes à 110 km/h pèse jusqu’à 100 kg  pour 3 m de long. Son nom provient de la nageoire en forme de voile sur son dos, qu’il replie lorsqu’il nage en profondeur pour diminuer sa résistance à l’eau. C’est un poisson pélagique, ce qui signifie qu’il nage loin au large des côtes, plutôt en eaux peu profondes. Raison pour laquelle la patience est de rigueur quand on veut le filmer comme le rappelle Denis. Muni d’un recycleur oxygène ne pesant que 6kg, il a du multiplier les mises à l’eau au milieu des bancs de sardines pour saisir cette scène. La rencontre est possible entre janvier et mars, dans les eaux riche en plancton au large de Playa del Carmen :

« A cette saison, les sardines migrent le long des côtes du Mexique. Les poissons voiliers regroupent les sardines et les font remonter vers la surface ou elles se regroupent en boule. Les espadons se précipitent alors vers l’appât et à l’aide de leurs rostres, viennent frapper la boule pour assommer les sardines avant de les happer. L’attaque dure une trentaine de minutes jusqu’à ce que toutes les sardines aient disparues. Seules subsistent des écailles en suspension qui font briller l’eau de mille feux… La chasse est très rapide et souvent il n’est pas possible de suivre la chasse à la palme. Il faut remonter sur le bateau et se faire relarguer plus loin. Les sardines viennent parfois se réfugier sur les plongeurs. il faut alors faire attention car les poissons voiliers essayent de venir attraper les sardines, peu importe la taille du plongeur et peuvent s’approcher à quelques centimètres du masque. Il y a alors un petit risque d’être embroché car les voiliers sont en situation de frénésie alimentaire… »

Phocea Riviera Maya plongée Yucatan Mexique Holbox requin baleine

Avec les requins baleine garantis en été et les requins bouledogue à coup sûr de novembre à mars, sans parler des plongées à Playa, Cozumel ou en eau douce dans les cénotes, Le centre de Martine et Didier est un des plus riche en opportunités de plongées exceptionelles que je connaisse. Je ne sais pas pour vous, mais moi, j’y retournerais même en pleine épidémie de peste !

Signalons que Phocea Riviera Maya organise une nouvelle expédition « Le secret de l’Espadon » en 2010 avec Denis Lagrange : Avis aux amateurs !