Arromanches plongée tracteurA pied, à cheval ou en voiture ? La plongée, en principe, cela se fait sous l’eau. Mais voilà, l’eau, il faut l’atteindre ! Laetitia Hocquet à ouvert le feu avec son approche des sites de Normandie en… tracteur. Ici, la plage d’Arromanches. Au cours de mes voyages et expéditions, j’ai été amené à utiliser presque tous les moyens de mise à l’eau. Bien sûr, bateaux divers et variés : en Croatie, un bateau en bois très haut, mais sans échelle pour remonter ! En Nouvelle Zélande, une barge avec mise à l’eau et récupération des plongeurs à la grue… Mais aussi à cheval, avec des ânes, depuis un hydravion, aux Turks and Caïcos…

lago verde plongée recycleur oxygersA pied, bien sûr, si possible chargés comme des mulets : par exemple cette approche d’un lac d’altitude à la frontière italienne, pour une plongée en circuit fermé au Lago Verde. En traineau à chiens, vers un lac de Laponie. En skidoo, à ski de fond, en moto, dans les Ardennes, en pédalo (!), en rappel… Je ne parle même pas des grottes et des gouffres ou l’eau du siphon se trouve à des kilomètres de l’entrée, obligeant à des portages acrobatiques et épuisants pendant des dizaines d’heures, des reptations dans des goulets tellement étroits qu’il faut expirer l’air des poumons pour passer, des océans de boue à franchir (avant de lêcher les joints toriques), des descentes vertigineuses le long de cascades obscures. Dans ces moments là, on apprécie vraiment le poids des bouteilles ! Et on ne peut s’empêcher de sourire à l’évocation de ceux qui couinent et se démontent le dos pour avoir dû porter leur mono alu sur 10 mètres de ponton…

Dahab egypte plongée chameauOu encore cette plongée chamelière à Dahab, sur les rives de la Mer Rouge (j’ai l’air malin avec ma serpillère sur la tête et le vent qui gonfle ma chemise obèse, mais j’assume…)

Et vous ? Quel a été votre moyen le plus original pour aller plonger ?