Oman

Sous l’eau verte et bruissante de plancton, dans une tempête aquatique, la forêt de corail noir agite ses branches duvetées du plus beau jaune. Des gorgones bleues, pourpres sont piquées aussi dans ce « jardin à la française » décoré de comatules où les oursins coussins ajoutent un peu de douceur aux épées des autres espèces d’oursins. Des huitres perlières à chair orange, des murènes léopard à gueule jaune, des hippocampes : nous venons d’entrer dans un autre monde…

Des bancs de raies mobulae occultent le soleil. Éclipse de jade. Un banc de carangues nous engloutit, à donner le tournis. Des poissons ange géographes picorent par dizaines sous le train ininterrompu des balistes bleus. Tant de faune, tant de mouvements : vert, bleu, un peu ivre, je ressors de l’eau chaude, en transe. Une plongée ordinaire au Musandam

C’est la deuxième fois que je voyage dans le Golfe Persique pour la plongée. Notre premier séjour, à Muscate et aux îles Daymanyat, pour le tournage d’un épisode des Carnets de Plongée ne m’avait pas laissé un souvenir impérissable pour la qualité des plongées, justement. Bien différent est le Musandam !

Cheppamal du tout !

DibaNous sommes cette fois dans le « Far East » du Moyen Orient, entre le Sultanat d’Oman et les Émirats. Dans ce dédale calcaire inexploré du Musandam, doigt tendu sur l’Iran et déterminant le détroit d’Ormuz, le robinet d’or noir du golfe.

Ces fjords qui ont fait nommer la région la « Norvège du Moyen Orient », sont en effet encore loin d’avoir révélés tout leur potentiel. Ne serait ce que parce que l’accès est uniquement possible par bateau ou en hélicoptère.

DibbaL’histoire commence à même le sol de caillou rouge sous les palmiers recuits… A Dibba. J’y rencontre Christophe Chellapermal, personnage rabelaisien. Un père travaillant dans le pétrole, il connait les Émirats comme sa poche, avant qu’il ne se passionne pour la plongée et les riches eaux du nord. Ce sera là ! Entre sécheresse féroce et crues dévastatrices du Wadi. Ici c’est l’aventure. Beaucoup de roche, de sable ; et la mer…

« On commence avec un moteur, un bateau pneumatique, une clé anglaise. Et puis… Sortent de terre un centre nitrox et recycleur, deux speed boats pour atteindre plus vite les sites intéressants… Ici on ne fait pas de chichis marketing : on est au bout de tout. Si les plongeurs aventureux arrivent jusque là, ils ne vont pas repartir ! »

Le centre est une oasis. Mais rassurez vous, vous disposerez de « tout le confort moderne » et d’une table connue pour la meilleure du Musandam. Sans parler des nouveaux bungalows autour de la piscine, très agréables.

Au milieu de son bazar créatif (essentiellement des respirateurs éventrés et des câbles de flashs glissant comme des serpents), Christophe rêve d’expédition et éprouve régulièrement l’appel du désert. En recycleur le long de bandes de sables qu’il prospecte dans la nuit verte au pied des tombants, de plus en plus profond. Ou en 4×4 à travers les dunes rouges pour des BBQ parties improvisées, des bivouacs plus ou moins déjantés…

[hcolumns]

 

[columnhelper col-md-6]

oman

[/hcolumns]

 

Oman-Nomad-202Nomad Ocean Adventures, centre PADI IDC, existe depuis 2004. Christophe quant à lui, plonge dans la région depuis 1991. C’est dire qu’il connait particulièrement bien les sites. L’ambiance sur place est décontractée et on y retrouve un peu de la langueur du Dahab égyptien des débuts…

Le centre propose des formations PADI, du discover scuba diving (baptême) au rescue diver avec de nombreuses options de spécialités PADI. Il offre aussi tout une gamme de cours PADI professionnels (formations Divemaster, AI et IDC).

Le nombre d’élèves en formation est restreint de manière à pouvoir offrir un maximum d’attention aux futurs instructeurs.

Notons qu’on peu pratiquer ici le « sidemount » et d’autres spécialités « Tek » : Le centre est équipé de recycleurs de la marque Submatix qui sont disponibles pour l’exploration ou la formation.

Oman-Nomad-199La maison d’hôtes offre confort et convivialité. Composée de 3 villas offrant chacune 5 chambres et 2 salles de bains en partage. Sans oublier une salle de repas, piscine, wifi et bien sur le centre de plongée. Depuis cette année, on dispose aussi de chalets privatifs au confort certain.

Il est aussi possible de louer des bateaux et d’organiser des sorties privées, accompagnés par les guides du centre.

En dehors de la richesse extraordinaire des fonds, le principal atout du centre (très loin des « usines à plongeurs ») est cette sensation d’être seul au monde : Peu ou pas d’autres plongeurs dans la région !

Face à l’Iran

Oman-Nomad-71

En montant à l’extrême nord, dépassant des sculptures baroques de calcaire empilées sur la mer et le reflet d’un aigle pêcheur, nous sommes arrivés dans la zone des vortex. Là où le détroit d’Ormuz échange ses eaux chaudes avec le Golfe Persique. La peau de le mer se tend, se hérisse, pétille, se couvre de calmes trompeurs, noirs coupés à la lame bleu acier qui plonge sous la mer de tous les dangers.

Une brume étrange couvre les premiers plans, au milieu des roches noires. Nous sommes seuls ici, à la frontière d’un autre monde, retrouvant l’enthousiasme du découvreur d’espaces.

Nous démarrons la plongée à contre jour, pour retrouver une lumière éclatante dans les vingt mètres. La roche est entièrement couverte de petits massifs d’alcyonaires roses et de larges plaques de tuniciers orange vif. Avec l’aube aquatique qui se lève dans les tons bleu ciel, la palette de couleurs est unique. Je n’avais jamais vu çà…

Oman-Nomad

[hcolumns]

[columnhelper col-md-6]

Oman-Nomad-88

[columnhelper col-md-6]

Oman-Nomad-89

[/hcolumns]

 

Tornades de poissons et, dans le vert plus sombre, sur 30 m… une épave posée sur le sable. Un dow en bois, la barre figée sur son dernier cap. Le navire de Sinbad le Marin, sans aucun doute.

Ici, dans le silence chaud des profondeurs, sous la lumière des hommes, les sortilèges arabes épousent les fortunes de mer. Et combien d’autres épaves restent à découvrir encore, dans ce piège à bateau où naviguaient les riches marchands portugais et hollandais chargés d’objets Ming ?

Oui, sous les sédiments du temps, le corail est ici de porcelaine ! Mais ceci, est une autre histoire…

[hcolumns]

[columnhelper col-md-6]

Oman-Nomad-75

[columnhelper col-md-6]

Oman-Nomad

[/hcolumns]

 

Rendez-vous ici bientôt pour d’autres articles sur ce voyage, particulièrement dépaysant… Oman, Dubaï, Sharjah : magie et démesure des Émirats !

Il est d’ailleurs question que nous y retournions la troisième semaine de décembre prochain, pour animer un stage photo sous-marine. Je vous emmène ? Avis aux amateurs !

Lire les autres articles sur cette destination ?logo