Maroc : Arrivée à Marrakech

Maroc immediate boarding !Dans un billet déjà ancien, j’écrivais imprudemment : « Ce soir, je serais à Marrakech… « . Mais les mois ont passés et, happé par d’autres activités, je m’aperçois que je ne vous ai pas relaté ce voyage pourtant particulièrement « dépaysant ». Il faut parfois un temps d’alchimiste pour que les souvenirs se séparent, que les bons moments se subliment tandis que les mauvais décantent au fond du flacon…

« Ce soir, je serais à Marrakech…  » J’y ai cru. Sans tenir compte des dysfonctionnements réguliers et récurrents des différents aéroports de la « Doulce France ». Nous devions partir de Marignane, depuis l’aérogare flambant neuf de la cité phocéenne, pour un vol sans histoire vers le Maroc, à destination de Marrakech. Un saut de puce, que dis-je, une téléportation… Oui mais voilà.

Royal Air Maroc Marmara MarrakechC’était compter sans la météo glaciaire qui régnait encore sur une partie de la France à ce moment et le syndicalisme primaire chevillé au corps d’une partie du personnel navigant. Bref, pour des raisons encore obscures, le vol pour Marrakech sur la compagnie Royal Blue, filiale low cost de Royal Air Maroc se faisait attendre. La compagnie n’était pas en cause, c’est l’aérogare qui était en surchauffe. Auberge espagnole chargée d’accueillir le trafic de Satolas, du Mali, de Turquie… Que n’a-t-on entendu ! D’ailleurs de pauvres hères divaguaient ça et là, manquant de marcher sur leurs paupières et on devinait à leurs mines abattues, au delà de la résignation, les heures (les jours ?) qu’ils avaient passé là, à se nourrir de chips du moins pendant les heures ouvrables… Et a tenter de dormir entre les accoudoirs design, si doux aux corps épuisés… Un joyeux bordel, avec son lot d’informations contradictoires…

Après des heures de silence, une annonce retentit au micro, dans un délire d’effet Larsen et ce qui ne prenait tout son sens que dans le contexte d’anorexie qui régnait… « Les passagers en transit pour Ouagadougou sont priés de se présenter au comptoir C67 pour recevoir leur verre d’eau et leur gateau sec »… Au singulier. Je fus secoué de longues minutes par un rire nerveux…

En bonne compagnie et rompu aux aléas des voyages lointains, je n’ai pas souffert de cet épisode étant équipé « survie » : Magazines, livres, de quoi boire et manger, musique, bouchons d’oreilles, masque, ordinateur portable, et de la bonne humeur. Je plongeais donc, stabylo en main, dans le guide Maroc de Lonely Planet et commençais le voyage « à l’arrêt »…

Au dessus de l’Atlantide !

Avec des heures de retard (et j’avais une pensée émue pour le réceptif censé nous accueillir depuis la veille au Maroc), nous prenions enfin place à bord pour traverser la Méditerranée. La prochaine fois, j’irais à la nage ! Vol de nuit… Au dessus de Gibraltar le soleil levant teinte de rose les cumulus flottant sur le détroit. Tangerine Dream… Je sais que la mythique Atlantide se trouve là, quelque part sous les eaux… Un jour, je plongerais ici ! Marrakech, enfin… Dans le minibus qui nous amène à l’hôtel, nous apprenons que les malchanceux qui ont choisi le circuit « Grand Sud » doivent repartir aussitôt… Enfin, dans deux heures. Je compatis… En repérage pour une nouvelle série de télévision, je me suis arrangé avec l’agence pour disposer d’un 4×4 « privé » qui ne doit partir que le lendemain. Fatigués par cette nuit blanche, cette journée de relâche devrait permettre de se reposer et avant le départ pour le sud, de « prendre la température de Marrakech ». Glaciale d’ailleurs : Nous sommes en hiver, au petit matin et l’Atlas lointain nous envoie son haleine neigeuse. Hélas, à la suite d’un cafouillage inexplicable, personne ne nous attends et les braves guides rompus à la gestion du circuit classique ne me sont d’aucun secours : rendez-vous dans le hall de l’hôtel deux heures plus tard, sinon, nous raterons le départ ! Bien…

Marrakech MarmaraLe personnel en livrée de l’hôtel Marmara Marrakech nous accueille au sein de ses couloirs feutrés, au charme délicieusement suranné, ,jusqu’à une chambre de la taille d’un terrain de football, avec une pièce attenante emplie de canapés et de coussins. Nous aurait-on réservé une suite ?  Hélas, pas de volets aux fenêtres et la lumière est déjà vive. Quelques oripeaux fixés au gafeur et une relative obscurité s’installe même si le luxe des lieux en prend un coup : Nous voilà déjà dans une tente berbère…

Le réveil de l’Islam

J’avise au pied du lit un grille pain qui s’avère être un chauffage. Rougeoyant de son mieux, l’engin grille la fesse de passage mais peine à chauffer ce hall de gare. On sent bien que le pays n’est pas habitué aux frimas. Temps de saison mais  la vague de froid exceptionnelle ne ménage pas le Maroc… Il est temps de DORMIR ! Une heure… Chouette. A peine allongé, les vocalises du muezzin local m’arrache à un sommeil de brute. Qui ? Quoi ?… C’est où ici ? Le muezzin… Quand on est pas habitué, l’appel à la prière a de quoi surprendre. Mais après tout, question de culture : nous avons bien des carillons qui sonnent toutes les heures dans nos vallées chrétiennes… Le voyage commence… Et de la terrasse, cette première vision de Marrakech : Palmeraie, minarets avec en fond, la chaîne de l’Atlas

Dans le hall vibrionnant du tumulte des nombreux départs en expédition, j’ai toutes les peines du monde à ne pas être incorporé dans un des véhicules déjà bondé de fringuants voyageurs, piaffant comme des purs sang dans les cages au départ du prix d’Amérique…

Quelques coup de fils plus tard, tout est arrangé : Nous partons effectivement demain. Quartier libre ! Pas question de se recoucher. Et si nous visitions Marrakech ?

Le bivouac…

Avertissement :

Dans cette nouvelle section « bivouac », vous trouverez au fil des billets quelques indications sur les hôtels rencontrés. Tels quels. Ce sont les hôtels proposés dans le cadre de ce « voyage organisé ». Parce que la majorité d’entre nous ont besoin de travailler pour vivre et donc savent compter, ce voyage et ces conditions de séjour sont en tous points conformes à ce que vous rencontrerez vous-même sur place. Après, tout est question de regard… J’y tenais car c’est justement le concept de cette prochaine série d’émissions. Tout au plus me suis-je amusé à traiter en image façon « grand luxe » quelques établissements de catégorie modeste, par simple gout de la photo. Le seul confort que je me suis accordé a été de disposer d’un 4×4 « privé » pour des raisons nécessaires à la réalisation du reportage photo comme par exemple la possibilité de s’arrêter ou mon objectif  l’exigeait. Enfin, en principe ! Nous y reviendrons 😉

Marrakech calècheL’hôtel Marrakech Marmara est un 4* situé Place de la Liberté, au cœur de Marrakech la rouge, entre la ville moderne et la médina, à seulement 500 mètres de la célèbre place Jemaa el Fna (env. 10 mn à pied). Taxis ou calèche en maraude sauront vous emmener plus loin si besoin..

Le personnel est charmant et « bon enfant » ce qui est notable en raison de l’intense fréquentation des lieux par des touristes pas toujours irréprochables… Gentillesse et compétence sont toujours au rendez-vous. Certains décrivent cet hôtel comme assez vétuste. Ce n’est pas mon avis et je lui trouve même, dans sa catégorie, un charme certain. Par contre, il est assez bruyant, encore que je ne l’ai pratiqué qu’en dehors des heures « normales ». Autre mauvais point : le WiFi n’est pas accessible dans les chambres.

Le restaurant est une formule buffet, dans une vaste salle qui se transforme en volière aux pics de fréquentation. En choisissant son moment, il est possible d’éviter l’ambiance de « guerre civile » qui peut ne pas plaire. Les serveurs sont, une fois de plus, charmants, la nourriture de qualité, TRÈS abondante et plutôt variée. Conseil : Comme dans tous les buffets, retournez y autant de fois que vous le désirerez mais de grâce, cessez de charger vos assiettes comme si vous n’aviez pas mangé depuis 3 jours, pour ensuite semer de la semoule partout dans votre sillage comme des petits poussah !

Sinon, piscine, spa, boutiques dans les couloirs (un avant gout des souks) et tous les services habituels d’un hôtel de ce type. Bon séjour !

Ci dessous, les images…

[nggallery id=22 width= »590″ height= »500″ align=center]

Marmara Maroc voyage Marmara

Vous aussi, vous pouvez faire ce voyage avec  Marmara

Autres liens
http://www.marmarafit.com Le  site dédié aux vacanciers des Clubs Marmara. Pour rencontrer ou retrouver vos compagnons de voyage et partager photos et souvenirs !
Le Groupe Marmara sur Facebook.

Office national du tourisme marocain : 161, rue Saint-Honoré, 75001 Paris. Tél. : 01 42 60 47 24. Profitons-en pour saluer cette initiative drôle de l’office du tourisme : la Marocothéraphie En effet, « il est temps d’aller mieux ! »

Partager ce billet
  , , , , , , , , ,


6 commentaires sur “Maroc : Arrivée à Marrakech

  1. Bonsoir Francis,
    Les aléas des voyages… 
    Après la rubrique « Vos anecdotes de Plongée » , tu devrais proposer  « Vos anecdotes de voyage ».
    Il y a beaucoup à écrire aussi. D’ailleurs, nous attendons la suite de ce long, très long voyage… 🙂

  2. Au Maroc en 1962, j’étais embarqué sur un navire pour le passage du Gaz d’AFN
    D’où des plongées mémorables dans le détroit de Gibraltar et surtout au cap Spartel où pour la première fois on découvrait des orques !
    À bord il y avait une salle de projection où l’on voyait des images provenant d’un énorme traîneau avec caméra télé
    C’est ainsi qu’un beau jour nous avons vu apparaître un magnifique champ d’amphores
    Mais à 400 M de profondeur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *