Maldives : L'envers de la carte postale !

Voilà trois jours qu’il pleut des cordes sur les Maldives ! Voilà, vous êtes contents ? Un temps « very unusual » pour la saison. Et gnagna et gnagna… En plus, ce n’est pas la saison des raies mantas : Elles ont quitté l’est de l’atoll et ne sont pas encore arrivées à l’ouest. Personne ne sait ou elles sont. Un scandale ! Qu’on m’amène immédiatement le chef de raie ! Baraka : Pourquoi m’as tu abandonné ?

Le bivouacJ’ai pris le décalage horaire en pleine bouille et mes jambes refusent de faire ce que dicte ma tête : Je suis un sobre, ivre en permanence ! Brusque narcolepsie en pleine journée et nuits agitées, les yeux exorbités. Et maintenant les éclairs de l’orage qui redouble… Il ne faut pas croire tout ce qu’on raconte sur moi : J’ai peur, tout seul, la nuit… Recroquevillé au centre de mon lit grand comme un cours de tennis, drapé à la Néron, mon petit corps est secoué de frissons à chaque coup de tonnerre. Et si un tsunami arrive ? Je vais faire quoi moi, à deux mètres d’altitude sur un lit, certes en bois rare, mais sans gouvernail ? Hein ?

Au matin, je suis d’une humeur de dogue. A vrai dire, c’est de la faute de Caroline. Je venais juste de sombrer dans le sommeil avec une enclume aux pieds quand le téléphone sonne ! J’entends des rires, des cris hystériques de femmes grisées de vins capiteux, de la musique. « Viens ! C’est trop bien »  me dit Caroline. Ces dames sont en effet parties tester un autre lieu de villégiature, un autre Coco Palm encore plus luxueux si c’est possible et semblent s’ennuyer de moi ! Mon hydravion personnel m’attends… C’est un comble. Mais j’ai un reportage à faire moi. Les photos sous-marines, je ne vais pas les inventer…  Il faut parfois avoir la conscience professionnelle chevillée au corps, croyez moi, pour résister aux chants des sirènes. Des ces nymphes insouciantes, ivres de plaisirs… Évidemment ces promesses d’agapes me tiennent éveillé jusqu’au petit jour au milieu des draps transformés en torchons.

Tiens ? Une gorgone !Allez, c’est l’heure d’aller bosser ! Et ces 500 m de route qui sépare mon bungalow de l’embarcadère qui n’ont toujours pas été refait ! Si bien que je dois marcher pieds nu dans le sable blanc : Les tongs dérapent ! Un rapide petit déjeuner (il va encore falloir choisir entre les 65 mets proposés, forcément succulents… Mais je l’aurais un jour, je l’aurais…) et me voilà à l’arrêt de bus. Enfin, le ponton où m’attend le dhoni. Le moyen de transport jusqu’à mon lieu de travail, quoi. Je vous entends d’ici : « Mais de quoi il se plaint » ? Mais de rien… Il n’y a pas de sots métiers. J’ai juste tiré le mauvais numéro, c’est tout… Et encore, quand je vois la tête de mes compagnons d’infortune (les moniteurs PADI) je peux m’estimer heureux : Ils ont pris une longue peine, eux. En bon artisan je prépare mes outils : Caisson, flashs, et toute la panoplie pour travailler en milieu hostile… Mon travail c’est ça. Mon bureau est vraiment « open space » et la clim, celle du bon Dieu. Pour le meilleur et pour le pire. Pour l’instant, il pleut.  Suite aux récentes compressions de personnel je dois travailler seul, sans assistant. Sans compter cet accoutrement ridicule que je dois porter aux couleurs de l’entreprise, cet uniforme en caoutchouc et ces chaussures de clown… Et cette chaleur ! Intenable. Dans l’eau cela sera pire. Pour qui a appris à plonger à poil en Bretagne,  les 30 ° de l’eau  me laissent tout simplement ébouillanté. Ah il me tarde de retrouver les néons et les embouteillages, croyez moi !

Suite à une délocalisation de dernière minute la plongée est prévue à Fares, dans le Nord de l’atoll. Une heure et demi de dhoni à moteur au milieu des Thila, Faru, îles désertes et autres couillonades de cocotiers cernés de corail et de sable blanc. C’est d’un lassant ! Pour les raisons évoquées plus haut on m’a attribué un collègue, un robuste maldivien du nom d’Hussain qui me servira de guide et de modèle et accessoirement veillera à ma sécurité. C’est toujours difficile de former quelqu’un à la photo « sur le tas » mais nous n’avons pas le choix. D’ailleurs, blague à part, il s’en tirera fort honorablement…

Maldives : Poisson coffreSaut droit, quelques bulles de champagne et l’eau turquoise disparait dans une transparence indécente. On voit tout d’en haut : Je me demande si ça vaut le coup de descendre… Bon, puisque j’y suis… Des surplombs, des arches couverts de corail mou jaune et bleu mais qui en photo sous la lumière des flashs apparait rose très pâle et blanc. Pas de couleurs vives alentour comme dans mon souvenir. Le blanchiment du corail dû à El Nino semble avoir drapé tous les décors marins de voiles de mariée… C’est une plongée pastel !

Heureusement quelques gaterins viennent promener leurs grosses lèvres devant mon objectif : Avec leurs corps zébré jaune et noir et les pétards rouges de quelques poissons écureuil, j’ai quand même l’impression de photographier en couleur !

HussainUn porche couvert d’alcyonnaires mérite qu’on l’immortalise. Je me place dessous, cherche mon cadre et m’apprête à diriger Hussain quand celui-ci me fait un signe précipité et fonce en oblique, dans le bleu. Je me retourne sans comprendre vers une palanquée qui arrive. Et je vois mon Hussain étreindre une japonaise, tomber le détendeur et discuter comme s’ils étaient au bar de la plage. Adorable candeur et maitrise de l’homme sur les éléments. Ils veulent même une photo souvenir et je m’exécute. Je comprends qu’il s’agit d’une ancienne collègue et, les effusions terminées, nous revenons à nos moutons d’alcyonnaires. Petite heure de plongée qui sera suivie de beaucoup d’autres…

Maldives : Banc de fusilliersA par ça ? Des poissons en pagaille. Des petits, des gros, des ronds, des carrés ! Les Maldives quoi, la routine…

N’attendez pas plus de littérature aquatique pour l’instant : Je suis crevé et tout paraîtra dans la presse, bientôt… Au fait, il fait grand beau et la baraka est toujours là : Les mantas… Je les ai vues !

Si vous aussi vous voulez faire ce voyage :
Uniquexperiences. Et sur Facebook

Logo_XL_Airways_FranceXLairways

cocodhunikolhuCoco Palm dunhi kolhu

Coco Palm bodu hithi

diveocean

Dive Ocean