L’explorateur

Plongeur spéléo depuis 1974. Auteur de nombreuses expéditions et explorations internationales en milieu extrêmes et détenteur de plusieurs records mondiaux. Voyageur impénitent. Expert-conseil du Centre Evian pour l’Eau.

« Francis Le Guen est né à Senlis en 1956. Il a fait ses études supérieures à Paris et est diplômé technicien supérieur chimiste. Il est entré au Club des Explorateurs en 1983, année où il a été Lauréat de la Fondation de la Vocation, et en 1984 a reçu le prix de la Société des Explorateurs Français qui n’a été remis que cinq fois en trente ans. Il n’est pas un inconnu dans cette maison qui lui accorda en 1983 son parrainage, et ou il a donné une conférence sous le beau titre de “L’eau cette inconnue”.

Il est spéléologue, et aux yeux de ses pairs, en France comme à l’étranger, l’un des plus grands, en tous cas le représentant des spéléologues de la quatrième génération, si Michel Siffre – qui le considère comme le meilleur en France – appartient, lui, à la troisième. Spéléologue de l’extrême peut-être puisque son livre relate son record mondial de plongée souterraine, dix kilomètres de galeries ennoyées. Mais le livre “Les Scaphandriers du désert” n’est pas un livre de l’exploit, où le record sportif et le haut niveau de risques très réels serait une finalité par ailleurs très acceptable mais moins dans cette maison. La géographie, cela sert entre autre à comprendre le monde. Et il faut bien dire que Francis Le Guen nous y aide. Son livre publié chez Albin Michel avec la Guilde Européenne du Raid, comporte trois parties de volume inégal.

Effectivement la première est consacrée à sa vocation, elle a l’immense mérite de faire le tour des types de plongées, de leurs obstacles et des risques. L’information y est brutale mais nécessaire pour les novices. La deuxième partie n’est pas l’école du goût de la découverte mais celle de la patience. Comment monter une très lourde expédition, de la recherche des moyens financiers et des appuis diplomatiques au montage scientifique de l’expédition, et notamment, de la documentation, des cartes et des sondages. On peut ajouter à cette partie toute la description très détaillée de tout ce qui constitue le matériel d’une expédition et l’équipement du spéléonaute, car il navigue sous terre et c’est un astronaute qui a écrit la préface, Jean-Loup Chrétien. Il signale que Francis Le Guen a fait du Jules Verne pour de vrai.

La troisième partie relate ce qu’il faut bien appeler une exceptionnelle recherche sous terre, mais complètement immergée. Au Sud de l’Australie, dans le karst ennoyé jouxtant l’océan, à Nullarbor, avec son frère Eric, avec sa femme Véronique qui se signalera en 1989 par une très belle et courageuse expérience scientifique, en séjour hors temps au fond d’un gouffre, il va effectuer une reconnaissance systématique d’une galerie souterraine de Cocklebiddy Cave, 5900 mètres de rivière avec trois interminables siphons de 1000 mètres mais surtout un second de 2550 mètres et encore un troisième de 1550 mètres, sans aucune halte possible depuis le début du premier. Les autorités australiennes ont plus que reconnu l’intérêt de la découverte, le tracé, la carte précise et les photographies réalisées. Une anthologie des outils modernes de longues plongées, des méthodes de progression en galerie ennoyée en fonction des obstacles et des risques, des résultats très appréciés pour l’hydrogéologie et la connaissance du karst. Un triple intérêt qui lui vaut de recevoir le prix Edouard-Alfred Martel bien sûr. »

Claude Collin Delavaud – Société de Géographie – 1990

Explorations

Plus de 1 000 plongées en siphon ayant donné lieu à une cinquantaine de premières et quelques records, en eau douce et sous glace, accompagné les dix premières années de Véronique, ma compagne, d’Éric, mon frère, puis de l’équipe Planète Bleue. Il est impossible de les lister toutes, mais citons, parmi les plus anciennes :

1979 Trou Madame,
Lot
Record mondial
9h30 d’exploration en plongée
5 100 m. de galeries noyées parcourues.
Film présenté au journal télévisé de TF 1.
1981 Fontaine des Chartreux,
Cahors
Profondeur atteinte : – 99 mètres
Plus profonde exploration enregistrée sur le site.
Record d’Europe de profondeur avec une descente à l’air comprimé.
1982 Su Cologne,
Sardaigne
Première plongée en source sous-marine en Sardaigne.
Organisation du premier colloque sur la plongée souterraine et les sciences spéléologiques (C.N.R.S.).
1983 Désert de Nullarbor,
Australie
Première mondiale : 47 heures d’exploration, 10,2 km parcourus en plongée dans une galerie noyée sous le désert.
1989 Fontaine de Champdamoy,
Haute-Saône
Explorations de 14 gouffres noyés parmi les plus difficiles. Découverte à cette occasion d’un gisement de mammouths englouti

Et aussi…

• 1976 – 1977
Gouffre de la Pierre St Martin (Pyrrénées)
Gouffre du Mortero (Cantabriques)
Puits des petits usages (Yonne)
10 m !
Gouffre de la Combe aux Prêtres (Côte d’Or)
40 m…
Creux Bleu (Côte d’Or)
Puits Groseille (Côte d’Or)
Rivière souterraine de Chauveroche (Doubs)
Source de Glane (Dordogne)
Grand Soucy (Dordogne)
– 60 m
Rivière blanche (Eure)
Visibilité nulle
Source de l’Orbiquet (Calvados)
410 m.

• 1978
Fosse Dionne (Yonne)
Création de l’association de recherches sur la Fosse Dionne et exploration de cette résurgence, deuxième percée hydrogéologique après Fontaine de Vaucluse.
Puits de la Brême (Doubs)
Source de Landénouze (Lot)
810 m.
Event de Foussoubie (Ardèche)
400 m.
Grotte du Ranc d’Avène (Ardèche)
Grotte de Bourbouillet (Ardèche)
Aven du Remejadou (Ardèche)
600 m, -30.
Event de la Guigonne (Ardèche)
700 m, -40.

• 1979
Trou Madame (Lot)
Record mondial de plongée en grotte. 9h30 d’exploration en plongée, 5 100m de galeries noyées parcourues. Tournage d’un premier film pour TF1.
Aven du Remejadou (Ardèche)
715 m, -41.
Grotte de Bourbouillet (Ardèche)
700 m, -45.
Event des Espeluches (Ardèche)
Source du Castor (Ardèche)
– 50.
Resurgence de la Finou (Lot)
Franchissement des étroitures et du premier siphon (300 m -30). 700 m de première.
Fontaine St Georges (Lot)
1100 m, -71.
Source du moulin de Cacrey (Lot)
– 50
Fosse Dionne (Yonne)
360 m, -61.

• 1980
Event de la Guigonne (Ardèche)
1100 m de siphons dont 700m à plus de 40 m de profondeur.
Source de St Sauveur (Lot)
500 m dont 300 m à 75m de profondeur. Air comprimé. Plongée de 4 h.
Source du Loiret (Orléans)
640m. Visibilité nulle. Courant de 4m/s
Petit Goul de Tourne (Ardèche)
865m. Point bas : – 82. Air comprimé.
Source du moulin de Cacrey (Lot)
610 m, – 58.
Grotte du Meyraguet (Lot)
680 m, – 44.
Source de l’Infernet (Lot)
510 m, -37.
Frais Puits (Haute Saône)
940 m dans le réseau amont.
Grotte de Notre Dame des Anges (Vaucluse)
Foux de Nans (Var)
Grand Goul de Tourne (Ardèche)
– 84 m. Air comprimé.
Trou Jalleu (Haute Saône)
Franchissement des étroitures. Exploration à -30m.
Emergence sous fluviale du Gouron (Doubs)
370 m, – 68.
Fontaine des Chartreux (Lot)
Plus profonde exploration à l’air comprimé. Profondeur atteinte : – 99m.

• 1981
Sorgue du Larzac (Aveyron)
Source du Durzon (Aveyron)
495 m, -60.
Grand Goul de Tourne (Ardèche)
– 97m. Air comprimé.
Grotte de Notre Dame des Anges (Vaucluse)
265 m, -90. Air comprimé.
Gourg de l’Antre (Pyrénnées Orientales)
625 m. Intoxication aux gaz.
Font d’Estramar (Pyrénnées Orientales)
410m, -58.
Font Mort (Pyrénnées Orientales)
Résurgence sous-marine du Bestouan (Bouches du Rhône)
1440 m. Courant violent.

• 1982
Aven du Remejadou (Ardèche)
735 m. – 41.
Foux de Nans (Var)
300 m, – 63
Deux expéditions en Sardaigne. Premières plongées aux mélanges.
Grotta del bue marino
Grotta della Dragumara
Découverte d’un gisement de poteries
Su Cologone
– 75 m.
Sorgente sottomarina de Cala Luna… Et plus de 10 nouvelles cavités noyées découvertes.

• 1983
Expédition en Australie. Réalise avec son équipe une première mondiale : 47 heures d’exploration, 10,2 Km parcourus en immersion, dans les galeries de Cocklebiddy Cave, au coeur du désert du Nullarbor. Après cette plongée, cette grotte devient la plus longue grotte noyée connue au monde.
Cocklebiddy Cave
Weebubbie Cave
Murra El Elevyn Cave
The Shaft
Ewens Ponds
Piccaninnie Ponds

• 1984
Expédition en Floride
Die polder III
Die polder II
Nexus Cave
Wakulla Springs
Devil’s Eye
Madison Blue Springs
Marianna Blue Springs
Hornsby Sink/Hornsby Spring
Ginnie Springs

• 1985 – 1987
Expéditions à l’étranger…
Açores, Antigua, Antilles, Cuba, Djibouti, Egypte, Guadeloupe, Kenya, Malaisie, Maldives, Martinique, Philippines, Porto-Rico, Portugal, Saint-Martin, Singapour, Suède, Sri-Lanka, Thaïlande, Turks & Caïcos, Turquie, Yougoslavie, Zimbabwe, etc.

• 1988
Participe à l’expérience “Hors du Temps”, au cours de laquelle sa femme Véronique, restera 111 jours au fond du gouffre du Valat Nègre (Aveyron).
Expédition au Kenya
Foux de Nans
Franchissement du premier siphon (-75 m – Trimix)

• 1989

Archives INA : Le cimetière de mammouths. Passage à Télématin (France 2) et extraits du film.

[media id=32 width=590 height=446]

Exploration de 14 gouffres noyés parmi les plus difficiles, en un projet baptisé “Le Défi Spéléonaute”.
Grotte de la Mescla (Alpes Maritimes)
11h de plongée, 180 Kg de matériel. 3 siphons consécutifs. Point bas – 80 m.
Creux Jannin (Haute Marne)
17h 30 de plongée. 1720 m. Point bas -20 m. Visibilité : 20 cm.
Fontaine de Chamdamoy (Haute Saône)
Frais Puits (Haute Saône)
Plongée de 6h15. 1690m. Point bas -56m. Découverte d’un gisement de mammouths. Tournage du film “Le pêcheur de mammouths” (TF1 – FR3)
Résurgence sous-marine du Bestouan (Bouches du Rhône)
Plongée de 8h30. Tournage du film “plongée sur un fil” (Thalassa FR3)
Font de Lussac (Charentes Maritimes)
– 140 m. Trimix.
Fontaine St Georges (Lot)
Gouffre de Padirac (Lot)
En 1889, Edouard-Alfred MARTEL, pionnier de la spéléologie découvrait le gouffre de Padirac. Depuis 100 ans, les meilleures équipes se sont succédées dans le gouffre en vue de percer le mystère du cheminement de ces eaux jusqu’à la vallée du
Lot. Jusqu’à présent un siphon bloquait les explorateurs à 8,5 km de l’entrée du gouffre. A l’occasion du centenaire de cette découverte, le spéléonaute Francis Le Guen réalise une première spectaculaire en prolongeant de 3 km l’exploration du célèbre réseau souterrain.
Suite à cette expédition, l’énigme du gouffre de Padirac est en passe d’être résolue : la jonction mythique gouffre/résurgence semble envisageable dans
un avenir proche.
L’expédition s’est déroulée en deux temps :
– dans un premier temps, Francis Le Guen s’attaque à la résurgence principale du système la Fontaine Saint-Georges. Utilisant des mélanges respiratoires à l’hélium, il franchit un siphon géant de 2 km de longueur pour une profondeur de 76 m. Une plongée intégralement sous l’eau d’une durée de 11h30. (Au-delà de ce verrou liquide 500 m de rivière souterraine sont remontés en direction du gouffre de Padirac).
– dans un second temps, à la tête d’une équipe de 15 hommes, le spéléonaute mène une expédition qui durera 60 heures à partir du Gouffre de Padirac lui-même. Francis Le Guen, en pointe, pousse l’exploration jusqu’à 11 km de l’entrée en franchissant 3 siphons et gagnant ainsi 2,5 km sur l’inconnu qui le sépare de la Fontaine Saint-Georges. Il réalise ainsi un parcours aller/retour de 22 km sous terre et sous l’eau. A la suite de ces explorations Padirac devient la plus longue rivière souterraine d’un seul tenant explorée au monde.
Tournage du film : « La rivière sans soleil » (TF1)

• 1990
Création de PLANETE BLEUE, une association pour l’exploration, la recherche et la mise en valeur du patrimoine d’eau douce mondial. Entre autres :
Opération « A BOUT DE SOURCE » (Drôme)
Emergence de Bourne
8h 15 de plongée. Trimix/Heliox. 2000 m. Point bas -56 m. 250 Kg de matériel.
Tournage du film « A bout de source » (TF1)

• 1991
Projet ALMYROS (Grèce)
Agios Floros
Almyros de Melissi
Vouliagmeni lake

• 1993
Projet BENTHOS (Gorges de l’Ardèche)

• 1994
Expédition de 4 mois en Nouvelle-Zélande…

Citations…

« Son premier amour fut la chimie qu’il quitta pour l’aventure. Liant ces deux passions, il nous dévoile la beauté des abysses… »

Marie-Odile Monchicourt, France Inter

« Francis a une source dans chaque pays, que personne n’a jamais bue avant lui »
Jean-Yves Casgha, Sciences Frontières
« Comment imaginer qu’autant de passion et de tendresse se cachent derrière ce sportif émérite, ce conteur hors pair ? »
Christophe Mouton, rédacteur en chef sur Voyage
« Spéléonaute, il est pour ses pairs l’un des plus grands. L’astronaute Jean-Loup Chrétien, parle dans sa préface, de Jules Verne pour de vrai… »
Claude Colin Delavaud, Société de Géographie
« Plongeur, photographe, écrivain, cinéaste… Voici le web : une merveille d’humour qui compense l’ego du bonhomme »
Luc Henri Fage, rédacteur en chef de Spéléo
« Sa pointe de faiblesse ressemble à l’arme fatale… »
Claudie Baran , Optimum

Tous les articles du blog sur mes voyages ?

Tous les articles du blog sur mes explorations ?

Tous les articles du blog sur la plongée ?

Retour au résumé de l’auteur ?