panthere roseVoulant illustrer cet article avec une pin-up, une amie m’a fait remarqué que mes lectrices préfèreraient sans doute baver devant un « Chippendale » en lieu et place de la traditionnelle Playmate… Dont acte ! Dans la lignée des calendriers illustrés de différents joueurs de ballon, où les hommes « enlèvent le haut », j’ai donc réalisé avec Daz Studio ce modèle hybride… Toutefois, je ne suis pas sûr d’avoir réussi à capturer « l’essence masculine »… Mais, foin de testostérone à l’eau de rose car nous allons justement parler de la couleur rose et de l’étrange séduction qu’exerce cette teinte sur le sexe féminin.

En cette période de Nativité hautement consumériste (malgré la crise ou plutôt en raison de celle ci, les chiffres de la consommation explosent…) l’omniprésence de la couleur rose ne vous aura pas échappé. Et quand on est l’heureux papa d’une petite fille, il est certain que la carte (bleue) va gémir… Car ces petites demoiselles craquent systématiquement pour la couleur avant l’objet. Les services marketing ne s’y sont pas trompés qui proposent de plus en plus de produits de cette couleur, embrayant la logique pionnière des poupées Barbie et autres layettes…

Mais pourquoi le rose ? On dit que les filles naissent dans les roses, roses donc, mais les garçons dans les choux, qui sont verts et pas bleus… Alors ? En suivant ce lien Wikipedia, on trouve quelques explications de cette symbolique, de ce dymorphisme sexuel postmoderne.

Mais, revenons à nos moutons. Roses… Ma fille ne crois plus au Père Noël. Ou plutôt si : elle croit que c’est moi ! Elle est donc en age d’avoir son premier portable et son premier portable. Je m’explique…

Les filles sont douées pour la communication. Elles papotent, bloguent et se racontent (les hommes vont chez les psy et boulotent des antidépresseurs). Et pour papoter, même du bout des doigts, rien ne vaut le portable (le premier : le téléphone). Vous me suivez ? Et qu’il y ai déjà le téléphone du frère ne change rien à l’affaire. L’important est d’avoir SON portable. Rose ! « C’est tendance… » Et voilà que le géant coréen Samsung a sorti un véritable petit bijou qui photographie, vidéote, Ipodise et Internise, et sert également à téléphoner (au Papa pour l’alibi, et aux copines pour l’usage).

Me voici donc l’heureux possesseur (en attendant la passation de pouvoir aux vacances de Noël) d’un « téléphone rose ». L’appareil est en charge au milieu du salon. Ce qui a fort étonné l’expert en dégats des eaux passé chez moi et dont le regard dubitatif alternait entre les stalactites du plafond, ma virilité triomphante au petit matin et ce petit machin rose (le téléphone…).

Venons en au deuxième portable (oui, c’est le même nom. Agaçant, non ?), l’ordinateur. Deux enfants + un ordinateur = conflit. L’équation est bien connue… Je voulais depuis longtemps équiper ma fille à son tour mais quelle machine choisir dans cette jungle de modèles à l’obsolescence soigneusement entretenue ? Je savais qu’elle appréciait les portables mais pour des petits bras, un « portable » de 3 kg est une enclume quand on voyage… Alléluia, notre époque formidable a inventé les netbooks. Petits écrans mais vrais claviers, connection Wifi, tout le confort moderne, le tout pour moins de 400 €…

Tous les fabricants s’y mettent et l’offre est déjà pléthorique. Mais un seul a eu le génie de sortir un modèle avec capot framboise : Medion, avec son Akoya. Ça tombe bien, côté performances c’est l’un des meilleurs. Jugez plutôt : Cette nouvelle version dispose d’un processeur Atom N270 (1.6 GHz), 1 Go DDR2 à 667 MHz, un disque dur SATA de 160 Go à 5400 tr/min, un chipset graphique Intel GMA 950, un écran 10.2’’ WSVGA d’une résolution de 1024×600, une webcam 1.3 megapixels avec micro, un lecteur de cartes 3 en 1 et des interfaces Wi-Fi b/g/n, VGA, Casque, Micro, Ethernet et USB 2.0 (x3). Il ne pèse qu’1.25 Kg avec sa batterie 6 cellules pour une autonomie vérifiée de plus de 3h (c’est à dire mieux que mon portable « de grand » !). Mensurations : 260mm x 180mm x 19-43mm et fonctionne sous Windows XP Familial SP3. Enfin, le capot et l’écran sont constitués d’une matière plastique douce et qui ne « marque pas » aux doigts. Evident ! Il n’y a pas que Sartre qui a écrit « Les mains sâles »… C’est tellement bien que j’envisage d’en acheter un pour moi. Rose ! (j’attends un autre expert…)

wakulla-springs Floride mastodonte plongée spéléoPour ouvrir une parenthèse plongée et spéléo, je n’ai pas attendu cette mode indémodable pour pratiquer le rose moi-même. Dès 1985, j’habillais mes modèles sous-marin de la divine couleur, les fabricants américains, australiens et japonais ayant sortis des lignes de matériel de plongée du plus bel effet. Par exemple sur cette photo de la découverte d’une mâchoire de mastodonte à 70 mètres de profondeur dans la « Fontaine de Jouvence » de Wakulla Springs en Floride.

Lot Francis Le Guen résurgence exploration source

Plus discutable était le choix des équipementiers spéléos qui proposaient avec humour des combinaisons de ce type dans les années 90. Ici, dans une grotte de la vallée du Lot. Riez, j’assume !

Pour en revenir au marketing et à la « rosemania », le pompon revient à Decathlon qui propose des peignoirs roses, des polaires du même tonneau et même une version de leur célèbre tente pliante avec une guirlande en peluche blanche sur les arceaux ! Ce sont les SDF du Canal St Martin et d’ailleurs qui vont être contents : Ça a quand même plus de gueule !

Et vous, Mesdames, aimez-vous le rose ? Oserez-vous nous révéler la petite fille qui est en vous ? Martial : couché !