En général, les critiques de livres sur les blogs, tout le monde s’en fout. Mais il se trouve que je lis beaucoup et que je suis tombé récemment sur ce petit ouvrage singulier que je voulais vous signaler. De quoi bricoler le dimanche… Voyager dans le temps (et donc dans la quatrième dimension), ça semble facile : pour le futur, il suffit de vieillir ; pour le passé, de retourner en enfance. Avec le temps, j’ai fait les deux et comme j’ai eu la chance de beaucoup voyager tout court, je me considère donc comme un voyageur spatio temporel ! Et vous aussi.

Mais, blague à part, voyager dans le temps serait en effet possible à la lumière des avancées de la physique quantique. C’est ce que nous démontre le physicien Paul Davies dans ce petit livre assez pointu, traduit par l’excellente Caroline Lepage chez EDP Sciences.

Dans le concept, on va bien au delà des livres de science fiction comme ceux de Herbert Georges Wells, le premier du genre (La machine à remonter le temps) de Michael Crichton (Prisonniers du temps) en passant par Poul Anderson (La patrouille du temps) qui avait enchanté ma jeunesse (tout à l’heure).

L’ouvrage nous aide aussi à résoudre le fameux paradoxe, qui plait tant aux psys : « il faut tuer le Père ! ». Ben oui, mais si je remonte dans le passé et que je le tue quand il était jeune, je n’aurais pas pu naître. Donc je ne peux pas le tuer ! Vous voyez le dilemme ? Enfin, vous avez tous vus « Retour vers le futur »… Mais tout paradoxe a sa solution. Cherchez bien ! Ou lisez…

Alors, suivez bien les indications et, à vos clés à molettes ! On se retrouve… Plus tôt.

PS : La rédaction n’est pas responsable d’un éventuel loupé dans les correspondances spatio-temporelles. Une enveloppe vous sera remise à votre arrivée en cas de retard. Vous pourrez toujours espérer être remboursés… Dans l’espace-temps, personne ne vous entend crier…