Encore un petit bidule bien sympa dans la série « j’explore les fractales en 4D »… Un logiciel presque oublié. En fait, comme l’algorithme de décryptage du message extraterrestre dans le film culte Contact, « il a toujours été là, sous nos yeux. »… Presque. Ne me dites pas que dans votre vénérable Photoshop,  vous n’avez pas un plugin de la série KPT ? A une époque on en trouvait partout dans les magazines, sur des disquettes, des CD… KPT comme Kaï (Krause) Power Tools. Oui c’était déjà la fine équipe de l’ergonome Krause et du programmeur Wenger… Il y a eu 4 versions de ce génial ensemble de plugins : KPT 3, KPT 5, KPT 6 et KPT Effects. Celui qui nous intéresse aujourd’hui est KPT 5 qui traîne ici ou là sur des CD ou des sites d’abandonware et qui est aussi inclus dans la nouvelle suite payante Corel KPT collection. Le filtre propose pas moins de 10 effets étonnants dont 3 d’entre eux intéressent directement les fractalistes.

Ces filtres ne semblent pas avoir eu le succès escompté. Peut être à cause du nom ; KPT évoquant un peu trop en français d’explosives pannes de PC… ? C’est dommage car au delà de la prime curiosité, des trésors sont à découvrir dans les profondeurs du logiciel… Mais le reproche le plus courant qu’on stigmatise ici ou là se résume à : « A quoi cela peut-il servir ? ». C’est exactement ce que je me dis à chaque fois que je croise l’énigmatique regard de la Joconde…

KPT Frax 4D

Ce filtre transforme les fractales 2D en objets 3D, manipulables dans l’espace. A l’aide de deux écrans interactifs il est possible de changer l’aspect de la fractale et de voir directement le résultat en 3D. Une projection 3D d’un espace à 4 dimensions en fait… Ne soyez pas effrayés par les notions de coefficient, d’offset W et autres bizarreries terminologiques : chez Wenger, les choses sont à prendre en main directement. Frax 4D fait partie de ces logiciels dont la courbe d’apprentissage est parallèle à celle du plaisir pris : « skip-the-required-reading-and-just-have-fun » comme on dit en américain… Signalons la possibilité de coloriser l’objet 3D avec une batterie de gradients, de textures, d’éclairages, tous d’une prise en main totalement intuitive. Ergonomie déconcertante de simplicité et d’efficience. Jusqu’à l’illumination globale, qu’on simule en chargeant n’importe quelle photo comme texture d’irradiance. Et tout cela  presque en temps réel… Ceci laisse sans voix quand on considère que ce petit soft a presque 20 ans… Voilà un échantillon de ce qu’on obtient, dès la prise en main.

[slideshow id=56]

« A quoi cela peut-il servir ? ». C’est exactement ce que je me dis à chaque fois que je croise l’énigmatique regard de la Joconde…

Signalons, au sein même de KPT 5 deux autres filtres fractaligènes :

KPT FraxFlame

Où nous retrouvons le fameux algorithme Flame utilisé entre autres dans Apophysis. Notons qu’il existe une version améliorée (FraxFlame II) dans KPT Effects

On obtient ainsi facilement champs d’étoiles et galaxies avec la possibilité de changer les couleurs, le type de variation, le gamma et l’intensité de l’effet. Si Hubble est en panne, KPT est là ! Mais il est aussi possible de générer les autres types de fractales apophysiennes : spirales, explosions et autres bulbes diaphanes, directement dans un calque Photoshop transparent !

La résolution dépend de la taille de l’image initiale et le rendu de la flamme peut être relativement long… Mais quand même pas à des années lumière… Tout cela dans une interface agréable avec des palettes flottantes configurables à votre main. Que demander de plus ? Bon, il ne faut quand même pas espérer le niveau de sophistication d’Apophysis lui même…

KPT FraxPlorer

Ce plugin hérité de la précédente version KPT 3 (la préhistoire) est un éditeur de fractales assez complet dont on retrouve la plupart des fonctions dans Artmatic. Eric Wenger a de la suite dans les idées…

Signalons la possibilité d’utiliser plusieurs algorithmes fractals, le zoom infini et apprécions la vitesse d’exécution de KPT FraxPlorer, presque instantanée.

En fait, il est même possible d’animer la fractale « en temps réel » et de figer l’image quand elle vous plait. Le danger pour le graphiste moyen est de rester scotché des heures durant devant les infinies possibilités de création de ce plugin ! Allez ! Un petit bleu pour la route. Après, j’arrête, c’est promis :lol:.