Du maïs fractal ?

Du maïs fractal ?

Et voilà comment en filtrant l’obèse dossier des brouillons de ce blog on déterre des trésors qui n’ont rien à y faire. Publions !

Il y est question du maïs. Cette céréale miracle et à steaks aztèque dont nous ne connaissons que la triste variété jaune d’or. Maïs empoisonnant d’ailleurs, par le biais de son hydrolysat qu’on retrouve partout : le fameux « corn syrup », un sucre qui fabrique les obèses et qui sert surtout à écouler la surproduction américaine par l’entremise, dans notre cas, de dettes de guerre… Gros. Très gros dossier

Toujours est-il que je me suis retrouvé, je ne sais comment, sur Instagram, en train de me balader au milieu d’épis franchement transgenres :

#seeds #corn #rainbow this is what corn can look like. ? #glassgemcorn

Une photo publiée par David Deijmann (@daviddeijmann) le

E esse milho? Muitas cores! ? Glass Gem Corn! #glassgemcorn #milhocolorido #followthecolours #milho #cores #colours

Une photo publiée par Follow The Colours (@ftc_insta) le

Dingue la nature ! Ni une ni deux, je déployais quelques softs multidimensionnels et m’essayais à créer quelques épis de synthèse, épicétou !

Et, je ne sais pourquoi, je suis sorti de l’agroalimentaire pour entrer en bijouterie…

Bonne semaine. Et n’allez pas vous bourrer de popcorn !

France 5 – La grande librairie – jeudi 24 novembre à 20h45 : les mystères de la nature

France 5 – La grande librairie – jeudi 24 novembre à 20h45 : les mystères de la nature

la-grande-librairie

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler d’une émission de télé ! Non, pas l’émission la plus bête du PAF, dont nous nous sommes déjà entretenus. Non, une émission littéraire. Si, si, ça existe encore ! Pour ceux qui se souviennent des années où les auteurs et les librairies avaient Pivot sur rue…

Si je vous apostrophe de la sorte c’est pour vous entretenir de La Grande Librairie. Depuis des années, France 5 (chaîne avec laquelle j’ai beaucoup travaillé) propose ce rendez-vous littéraire, remplissant parfaitement son rôle de « chaîne publique du savoir ». Ce programme est en général bien structuré et François Busnel anime l’émission avec passion (et métier).

Bien sûr, on y parle beaucoup de livres. Personne n’est parfait. Il m’arrive même d’en écrire, c’est vous dire. Des livres… Mais c’est bien aussi, les livres : c’est comme un iPad mais on a pas besoin de les recharger…

busnel

Casting de cerveaux

Jeudi prochain à 20h45 sera diffusée une émission exceptionnelle : les mystères de la nature, que je vous invite à regarder si comme moi ces sujets vous intéressent.

Hubert Reeves rencontre Joël de Rosnay, le botaniste Francis Hallé, le romancier Didier van Cauwelaert et l’alpiniste Stéphanie Bodet.

.

J’ai eu le privilège de visionner l’émission en avant première et c’est évidemment passionnant. Par la grande culture des intervenants et le sujet du débat, universel s’il en est :

La nature, l’univers, sont régis par des lois et des codes invisibles au premier coup d’œil

Moi qui vous serine à longueur de blog que le monde est fractal… Les invités de La Grande Librairie nous révèlent quelques-uns de ces mystères, chacun à leur façon.

L’astrophysicien et poète Hubert Reeves lève le voile sur les derniers mystères de l’univers, le romancier Didier van Cauwelaert nous raconte comment les travaux des scientifiques influencent son travail d’écrivain et le prospectiviste Joël de Rosnay s’interroge sur les codes cachés de la nature.

Le botaniste Francis Hallé a consacré sa vie aux arbres et aux plantes et partage avec nous cinquante ans d’observations à travers la planète et Stéphanie Bodet, raconte ce qu’elle a saisi d’elle-même et du monde en escaladant ses montagnes les plus difficiles.

Une émission passionnante du début à la fin qui nous change des ‘talk show’ plus ou moins pailletés diffusés habituellement à ces heures de grande écoute.  Ci dessous, vous trouverez de quoi prolonger le voyage…

Les ouvrages des invités

1540-1-1Hubert Reeves et Jean-Pierre Luminet,

Dialogues sous le ciel étoilé

(Robert Laffont)

.

41wkcmhm9yl-_sx327_bo1204203200_Joël de Rosnay,

Je cherche à comprendre : Les codes cachés de la nature

(Les Liens qui libèrent)

.

a-la-verticale-de-soi-photo-couveStéphanie Bodet,

A la verticale de soi

(Paulsen)

.

9782373750140Francis Hallé,

50 ans d’observation dans les jardins botaniques dans le monde

(Muséo)

.

1540-1

Didier van Cauwelaert,

Au delà de l’impossible

(Plon)

.

Bon, je vais vous laisser, j’ai une fractale sur le gaz… Un autre rendez-vous avec l’infini…

art fractal,Francis Le Guen,galerie art contemporain en ligne,décoration d’intérieur,oeuvres fractales,art fractal à vendre,décoration,vente tableaux,galerie d'art fractal,peinture fractale

Singularité-Art fractal-Collection Cosmos

La réserve africaine de Sigean sous les eaux

La réserve africaine de Sigean sous les eaux

Réserve africaine de Sigean

Les récentes inondations de dimanche 30 novembre dernier ont provoqué de gros dégâts dans la réserve africaine de Sigean, dans l’Aude. Deux crocodiles femelles et un Impala n’ont pas survécus. La « plaine africaine » (18 hectares) a été noyée sous 1,50 mètre d’eau. Toutes les parties basses, soit les trois-quarts du parc qui abrite 3.800 animaux, ont été inondées.

D’après Antoine Joris, le responsable zoologique du parc, les deux reptiles sont morts de stress à cause du froid lorsque l’eau s’est engouffrée à l’intérieur du vivarium. Nous avions visité le site il y a quelques années avec les enfants, réalisant un petit essai photographique. Souvenirs…

[hcolumns]

[columnhelper col-md-4]

Réserve africaine de Sigean

[columnhelper col-md-4]

Réserve africaine de Sigean

[columnhelper col-md-4]

Réserve africaine de Sigean 

[/hcolumns]

Réserve africaine de Sigean

Réserve africaine de Sigean

L’arche de Noé

Le froid pourrait causer la mort d’autres animaux. Les soigneurs s’inquiètent entre autres pour deux lionceaux femelles nées en février et qui ont séjourné dans l’eau trop longtemps.

Réserve africaine de Sigean

C’est un problème récurrent s’insurgent les responsables de la réserve. En effet, en 1999, la crue avait déjà ouvert une brèche de 50 m de long dans la digue construite à l’extérieur du parc pour canaliser la Berre.

Elle a bien été reconstruite depuis, mais pas assez haute. Résultat, la réserve est souvent inondée. Depuis des années, les responsables demandent en vain que cette digue soit rehaussée. La réserve menace donc de se délocaliser en Espagne.

Liberté pour les ours ! Comme dirait John Irving

Réserve africaine de Sigean

 Ci dessous la news BFM TV (désolé pour la pub…) 🙁

L’arbre fractal de la vie

L’arbre fractal de la vie

OneZoom

Charles Darwin in 1881Darwin_treeLes fractales détiennent les clés de la vie, je l’ai souvent écrit ici.

Dans le domaine du vivant, la taxonomie et la phylogénétique sont des sciences qui se proposent de classer les espèces par filiations selon leur dates d’apparition sur Terre.

C’était la grande idée de Charles Darwin qui, le premier, publia un « arbre de la vie » dans son célèbre livre « De l’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle« . Ci-dessus, le premier croquis « fractal » du célèbre naturaliste…

Mais, la représentation en 2D sur papier a ses limites. Partant de ce constat, James Rosindell de l’Imperial College de Londres et Luke Harmon de l’université d’Idaho viennent de proposer le projet OneZoom qui veut être, selon les auteurs, « l’équivalent de Google Maps pour l’ensemble de la vie sur Terre« .

Grâce au Web 2, l’objectif est en effet de dépasser les limitations du « papier » qui bride l’horizon aux dimensions d’une feuille et de proposer un média numérique, capable d’inclure une quantité d’informations impossible à représenter sur un support imprimé.

Plongez dans les arbres !

OneZoom repose donc sur une construction fractale déclinée sous différentes formes (arbre, spirale, plume…), et dont chaque branche peut contenir des millions de méta-donnés.

A l’horizon 2015, l’objectif est de proposer l’arbre complet de la vie, avec les deux millions d’espèces répertoriées sur le site Open Tree of Life. En attendant, je me suis naturellement intéressé à « l’arbre des poissons » dont voici ci-dessous quelques copies d’écran.

OneZoom3

OneZoom1 OneZoom2

Cela coule de source

L’interface est d’une utilisation enfantine mais attention : on peut y passer des heures. C’est l’arbre qui cache la forêt… Notons qu’on peut aussi simuler l’évolution de l’arbre en créant une animation, entre autres geekeries…

Les deux auteurs ont développé le projet en open source de façon à ce qu’on puisse utiliser le logiciel et éventuellement l’adapter selon ses propres besoins. Alors, naturellement, je n’ai pas pu résister à l’intégrer ici. Voici donc, pour les hommes-grenouilles, l’arbre des amphibiens (à visionner en plein écran pour disposer de toutes les fonctionnalités). De quoi rester coi. Coa ? Coa ?

OneZoom sera bientôt distribué sous forme de dossiers pédagogiques pour les écoles, les musées, zoos et jardins botaniques. Ses créateurs ont plein d’idées pour enrichir cette base de connaissance avec des photos et encore plus d’informations.

Pour terminer, voici quelques explications (en anglais) à propos de l’intention des inventeurs et des futurs développements de ce beau projet…

Sauvez les requins des Emirats

Sauvez les requins des Emirats

 blast

PaccaletLes requins dont on parle souvent à tort et à travers sont en grand danger d’extinction. Et à travers eux, toute la chaîne alimentaire et donc, au final, l’homme lui même. A l’instar d’un Yves Paccalet, on peut considérer que « l’humanité disparaîtra : bon débarras !« . Mais on peut aussi avoir un point de vue plus optimiste et tenter d’inverser le processus.

Dans le cas des requins, c’est toujours la même histoire : ils sont, soit pêchés par erreur, soit pour leurs ailerons. Soit exterminés pour tenter de protéger baigneurs et surfeurs encore que ces « prélèvements », pour navrants qu’ils soient, ne représentent qu’une goutte d’eau dans l’océan de la prédation humaine…

j’ai choisi aujourd’hui 3 façons de vous parler des requins, au gré de l’actualité…

Une pétition

Oman

Christophe ChellapermalLors de mon dernier voyage dans les Émirats, j’avais été frappé par la quantité de requins juvéniles pêchés chaque jour dans le moindre petit port du Golfe.

Sur les docks de Dubaï c’est encore pire : dernièrement, 275 requins débarqués et parfois jusqu’à 600 en été !

Christophe Chellapermal de Nomad Ocean Adventures a décidé de s’engager pour que cesse ce scandale.

 Il a donc décidé de lancer une pétition que je vous encourage à signer, à destination de son Excellence Monsieur le Ministre de l’Environnement et de l’Eau de Dubaï. Voici la traduction de cette lettre ouverte :

« … Nous pouvons être fiers de tout ce qui a été fait jusqu’à présent en ce qui concerne la réglementation de la pêche ici dans les Émirats Arabes Unis.

On estime actuellement qu’à l’échelle mondiale, jusqu’à 80 millions de requins sont tués chaque année en raison de ciblage soit direct pour leurs ailerons ou comme prises accessoires. Ce chiffre n’est pas viable et certaines populations de requins ont diminué de près de 98% au cours des 20 dernières années. Nous sommes confrontés à un avenir où de nombreuses espèces sont sur le point de s’éteindre, à cause d’une demande croissante pour la soupe d’ailerons dans l’Extrême-Orient.

Nous croyons fermement que les Émirats Arabes Unis se trouve dans une position privilégiée pour prendre position contre le commerce des ailerons de requins et de produits connexes. On estime qu’à l’heure actuelle les Emirats Arabes Unis sont le cinquième plus grand exportateur d’ailerons de requins vers Hong Kong. Bien que beaucoup ait été fait par les Émirats arabes unis en ce qui concerne la régulation de la capture de requins dans les eaux des EAU, il faut faire davantage en ce qui concerne le commerce et l’exportation d’ailerons de requins, là les Émirats arabes unis agissent comme un pôle d’exportation pour les pays voisins. En réglementant la vente ou le commerce de requins et de raies ici, dans les Émirats arabes unis, nous pouvons faire un grand pas vers leur conservation.

Ce sera bénéfique pour les requins et les raies tout en faisant des Emirats Arabes Unis un chef de file mondial dans la sauvegarde des requins et un exemple à suivre pour le monde entier.

Déjà, plusieurs compagnies aériennes ont déclaré qu’ils ne transporteront plus les ailerons de requins (Emirates, Etihad). De même, le Brunei a mis en place une interdiction de débarquement, de commerce et d’importation d’ailerons de requins. Les Maldives ont récemment imposé un mémorandum similaire sur les ventes de raies et de leurs produits dérivés.

La CITES, la Convention sur le commerce international des espèces menacées, a récemment classé plusieurs espèces de requins vulnérables, en danger ou menacées. En particulier les requins marteau qui ont été récemment classés en catégorie II de la CITES, mais que, malheureusement, on voit régulièrement sur le marché aux poissons de Deira.

Nous reconnaissons qu’il peut y avoir une demande sur le marché intérieur pour les requins et que la population de requin local peut être gérée par le biais d’une pêche artisanale, correctement réglementé. Cependant l’importation de masse et l’exportation de requins vers l’Extrême-Orient est insoutenable et doit être éliminée.

Nous demandons respectueusement que le ministère de l’Environnement et de l’Eau propose une nouvelle législation réglementant la vente et le commerce des requins et des raies et que les Émirats arabes unis deviennent une zone vierge de commerce basé sur les requins ».

Signez la pétition ?

requins dubai

Un site

Sharks Mission France

Sharks Mission FranceFabienne Rossier est une actrice bien connue de la scène environnementale. Avec son association Sharks Mission France, cette « passionaria » des requins ne ménage ni son temps ni ses efforts pour sensibiliser le public à la cause des squales.

Le blog SMF, qui vient d’être entièrement relooké, est à cet égard, une mine d’informations, une base de connaissances pour tous ceux qui s’intéressent aux espèces de requins.

Sharks Mission France organise aussi des conférences thématiques.

USharks Mission Francen excellent moyen pour tenter d’inverser l’image médiatique déplorable dont sont victimes les requins.

Ainsi, après François Sarano, Alessandro De Maddalena, et d’autres, j’aurais le plaisir de donner à mon tour une conférence sur le sujet, le 27 septembre à Lyon. Nous vous attendons nombreux !

Un livre

requins glenat

Enfin, signalons la sortie prochaine (début septembre) du dernier ouvrage de la collection Carnets de Plongée chez Glénat : Requins, par Gérard Soury.

Un très beau livre où vous apprendrez plein de choses ! En voici juste un cours extrait…

La bête de Fukushima

Quelque part au large de Fukushima, au Japon… Sur le pont arrière du Yashima, le plus avancé des navires de recherche océanographique japonais, le professeur Senji Nakama contemple son « bébé » : le « Shinko X3F », un DSRV (Deep Submergence Research Vehicle), dernier né des sous-marins d’exploration abyssale.

Dès l’aube, toute l’équipe de scientifiques et de techniciens s’est réunie dans le PC ROV autour du professeur Nakama pour suivre les évolutions de l’Anago. Après tous les ultimes contrôles, le submersible jaune vif, de la taille d’une petite voiture, est mis à l’eau à l’arrière du navire grâce à l’énorme portique capable de supporter une charge de vingt-cinq tonnes. Il disparaît bientôt sous les flots du Pacifique, entraînant avec lui la longue traîne du câble de commande à distance qui le relie au poste de contrôle vidéo.

À bord du Yashima, grâce au système de positionnement dynamique, on ne sent pratiquement pas la houle. Long de cent-douze mètres, le navire qui déplace sept mille deux-cents tonnes est à peine plus plus agité que s’il était à quai. Bientôt, l’opérateur chargé des prises de vues allume les quatre phares LED surpuissants car la lumière décroît rapidement à mesure de la descente. À cent-cinquante mètres de profondeur, rien de notable n’est encore apparu sur l’écran, ce qui n’a pas empêché le ROV d’effectuer des mesures régulières de radioactivité et des prélèvements d’eau chargée de faune et de flore planctoniques. La descente se poursuit, ainsi que les fastidieux prélèvements. Il est quatorze heures lorsque l’Anago atteint le fond. Sur le moniteur, un nombre s’affiche : deux mille dix-sept mètres. La caméra n’offre aux regards des membres de l’équipe que la vision d’une plaine grisâtre, où quelques rares crustacés transparents tentent de survivre dans le noir absolu sous plus de deux-cents kilos de pression au centimètre carré.

Mais soudain, l’image sursaute. Une fois, deux fois, puis semble prise d’une frénésie incontrôlable. Interloqués, les scientifiques se resserrent autour de l’écran. Le fond de l’océan qui était horizontal bascule brusquement à la verticale puis remplit tout le cadre comme si, prise d’une démence soudaine, la caméra avait décidé de percuter le sol frontalement. C’est alors que…

(La suite ? En librairie à partir de septembre…)

Carnets de plongée

Découvrez beaucoup d’autres histoires vécues dans les autres livres de la collection Carnets de Plongée chez Glénat : NARCOSES. TRÉSORS.  GEANTS. PIRATES. AMPHORES… A commander sur Amazon, Glénat, Fnac.com ou directement sur la boutique.

Lire d’autres récits de cette collection ?

Vagues : mode d’emploi

Vagues : mode d’emploi

tongasouffleur

Vagues des Tonga…

Je viens de recevoir de dernier livre d’Hugo Verlomme,Vagues, mode d’emploi (Ed. Pimientos) et l’ai dévoré !

« Tel un cœur inlassable, les vagues sont là, qui assaillent les rivages de la Terre depuis le commencement des temps« 

Ainsi commence cet essai fortement teinté d’écume et de poésie et qu’on peut lire comme un roman. Hugo, déjà auteur d’une trentaine d’ouvrages consacrés à la mer, est un de ces bons écrivains qui savent nous faire rêver.

Dieu est-il une vague ?

VaguesOrigines du monde, submersions, houles, tsunamis, montée des eaux, chaos climatique… Jamais les vagues n’ont autant fait l’actualité ! 31 tempêtes successives ont ravagé le cordon dunaire cet hiver sur la façade Atlantique, bouleversé les traits de côte, envahi les estuaires, les villes côtières, les fronts de mer… L’océan se fâcherait-il ?

L’eau, origine de la vie, est animée par les vagues, présentes dans de nombreux textes sacrés. Or, les humains sont devenus des bipèdes terriens qui ne connaissent plus rien à ces phénomènes. D’où le besoin d’un mode d’emploi à l’usage des générations actuelles et futures.

Car finalement, que sait-on aujourd’hui des vagues ? Quelles sont les perspectives pour le futur ? Pourra-t-on les prévoir ?

Quelle est cette bombe à retardement économique et sociale que les vagues semblent porter en elles ?

Hugo-VerlommeVoici quelques questions auxquelles répond l’auteur, érudit s’il en est, en laissant toujours la part belle au rêve et à l’évocation. Ce livre passe en revue les mythologies marines, les mécanismes de la houle et jusqu’aux « vagues scélérates » mais aussi les énergies vertes et la légende du surf.

Un chapitre entier est consacré aux vagues de l’Internet, avec toutes les ressources utiles de la toile sur le sujet.

Aujourd’hui, les vagues concernent tout le monde. Filles sauvages du chaos climatique, elles savent nous rappeler leur capacité de nuisance face à l’homme qui se croit « tout puissant ».

Catastrophiques, oui, mais aussi fantasmatiques ; vagues géantes convoitées par les surfeurs de l’extrême, sujets de films, de publicités, de mode : l’impact des vagues est sociologique, économique, écologique et même spirituel…

Vagues de Cassis

Vagues de Cassis

Conférence !

Hugo-Verlomme-conferenceUn bonheur n’arrivant jamais seul, signalons qu’Hugo Verlomme donnera ce vendredi 13 juin, une conférence consacrée au sujet à la Médiathèque de Bayonne.  Il habite lui même aujourd’hui à Capbreton dans Les Landes et je le sais très attaché à « son » océan…

Renseignements : Médiathèque de Bayonne, Rue des Gouverneurs  ou Place des Gascons. Tél. : 05.59.59.17.13. mail.

Alors, faites des vagues et tous à Bayonne !